Le blog quotidien superfétatoire et sporadique de
Silvano Mangana. Maison de confiance depuis 2007.

mardi 20 mai 2008

Lawrence d'Arabie

Le "vrai" Lawrence

Une passion pour les "motos" qui lui sera fatale.


Peter O'Toole et Omar Sharif

Le bleu de ces yeux fait partie de l'inconscient collectif des cinéphiles du monde entier.

"Lawrence d'Arabie", le film de David Lean (1962), ne fait qu'une lointaine allusion à l'homosexualité de Th.E. Lawrence, sauf si l'on a eu la curiosité de s'intéresser à cette personnalité historique et si l'on a su lire son autobiographie, "Les 7 piliers de la sagesse".
Jeune gay lors de la première vision du film en salle, on n'aura toutefois pas manqué de remarquer le regard bleu et la félinité du héros incarné à l'écran par le grand acteur britannique Peter O'Toole.
Le dévouement et la fascination qu'il inspire aux deux très jeunes hommes qui s'auto-engagent à ses côtés pour le servir peuvent donner lieu à diverses interprétations.
Il est aujourd'hui avéré exact que Lawrence était homosexuel, avec de sérieux penchants masochistes.
Le film de David Lean, loin de trahir sa personnalité, permet de la découvrir, une recherche scrupuleuse ayant participé à sa conception.
Lean signe une fresque qui ne s'épargne pas ce que certains rois du zapping ne manqueront pas d'appeler des "longueurs" : mais celles-ci sont nécessaires à la compréhension d'un homme complexe, d'un "héros" aujourd'hui vénéré à la fois dans son propre pays et dans le monde arabe.
Que l'on se rassure, la beauté des paysages admirablement photographiés par le grand chef-opérateur Freddie Young (le film est tourné en 70mm), la musique lancinante, inoubliable, de Maurice Jarre, en ont fait un immense succès "commercial", et le film remporta pas moins de 7 "Oscar" !
En 1989, Martin Scorsese et Steven Spielberg apportèrent leur aide à la restauration du film que l'on trouve aujourd'hui dans une édition DVD somptueuse.
Pour voir ce film dans les meilleures conditions, un écran de grande taille est nécessaire : les heureux possesseurs d'un "home cinema" y trouveront un immense plaisir.

Fiche complète imdb : clic.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

La moto de marque Brough, qui lui fut offerte par G-B Shaw.

David Lean savait faire de belles images, j'ai vu ce film à 15 ans et il est certain que c'est à cause de cela que je suis allé travaillé au Moyen Orient.

Roger