Le blog quotidien superfétatoire et sporadique de
Silvano Mangana. Maison de confiance depuis 2007.

lundi 28 juin 2010

L'homme qui marchait dans la neige



-Photos Joachim Baan-

Si simple ?

Louis, garçon facile I 7 : Maud



- Alors, paraît que t’es pédé ?
Tu te fais casser le cul ?

Louis n’a jamais entendu cette expression peu délicate formulée par le beau Jack lors d’un trajet sur le boulevard principal d’un kilomètre de long qui relie les deux parties de la commune.
Il ne s’en offusque pas : la question, si saugrenue soit-elle, est formulée avec humour, sans se vouloir vexatoire.

-Euh, oui, façon de parler, trouve-t-il à répondre à son camarade.
-Tu sais que tout le monde le sait et qu’il paraît que tu te tapes mon meilleur pote.
-Qui t’a dit ça ?  répond le garçon qui sent l’embarras monter à ses joues.
-Tout le monde et personne : tu sais, je connais Dany ; c’est un gros vicelard ; il est pas à ça près.

Louis devine qu’il va falloir slalomer, ne rien dire tout en laissant supputer pour mettre quelques chances de son côté ; et si le fait que Dany… avait valeur d’exemple pour ce beau camarade qui ne semble pas tout à fait hors de portée ?

-Oh, tu sais, on se raconte tellement de trucs.
Bon, je vais te confier quelque chose : je suis un garçon facile.

Ces paroles prononcées avec un large sourire font hurler de rire son interlocuteur :
- Un garçon facile ! Putain t’es gonflé, toi !
De toutes façons, hein, je m’en tape, tu te fais qui tu veux, tu sais, je vais te dire : moi, j’ai aucune morale, je pique du blé à mon père, je traite ma mère comme une bonniche, j’ai pas de reproches à faire.
A personne.

Jack se fait plus volubile, tient un discours anarchiste sur la société tout en déclarant aimer le fric et les avantages qu’il procure, lui dit aimer les fringues (ça se voit !) et les belles montres…
Plus tard, pendant leur relation, il offrira à Louis un portefeuille de ce maroquinier dont le building trône sur les Champs-Elysées en symbole absolu de la fric-society de l’an 2000.

A ce moment, Louis ne sait encore comment s’y prendre, d’autant plus que Jack « sort » avec Maud, cette fille qui se veut étrange avec laquelle il entretient une camaraderie teintée d’une complicité tacite venue d’on ne sait où.

C’est un après-midi d’été, peu de temps après.
Louis et Maud ne sont pas très « plage » : ils ont laissé sur le sable la « bande du Milk » et sont allés prendre un café à l’ombre, au bar-tabac de la promenade, refaisant le monde comme on le souhaite à 17 ans.
La conversation a glissé vers des propos plus intimes, Maud confiant à son camarade que Jack la pressait de coucher avec lui, qu’elle n’avait jamais fait « ça », que ça la faisait « flipper ».
Elle sait que Louis est attiré par les garçons.
Elle le lui a dit de but en blanc quand leur discussion a pris cette tournure.
Elle lui a demandé avec le sourire narquois qu’elle se plait à afficher en toute occasion :
-Et si on essayait ?
Louis n’a pas beaucoup réfléchi ; il s’est dit qu’il avait l’érection facile, que ce serait l’occasion de se tester sur une fille, qu’après-tout…
Ils sont allés à la Maison des Jeunes où Louis s’occupe du Ciné-Club ; il en a la clé en permanence sur lui.
Ils ont fait ça sur le tapis, derrière l’écran, où Louis s’est déjà allongé à plusieurs reprises avec son copain Hassan, le kabyle qui se borne à le prendre sans brutalité, mais sans tendresse, depuis qu’ils ont l’âge des échanges charnels.
Ils se sont dévétûs, Louis constatant avec plaisir qu’il bandait.
Lorsqu’ils ont accolé leurs corps, Louis a compris instantanément : le corps des femmes n’était pas fait pour lui.
Pour la première fois, son sexe l’a abandonné, flasque, piteusement.
Maud s’est déclarée « sèche ».
Ce fut tout.
Ils se rhabillèrent, rigolards, et rejoignirent les membres de la bande occupés à une partie de « volley ».
En chemin, Maud a simplement dit :
-Eh bien, t’es vraiment pédé, Louis.
Si tu veux, je t’arrangerai le coup avec mon meilleur ami, Phil’ :
je crois qu’il se cherche.

« On va trouver », pensa Louis.

"Ils ont laissé sur le sable la bande du Milk"

Tous les épisodes : clique !

samedi 26 juin 2010

Cadeau



Le colosse aux doigts de fée (pas aussi souvent qu'il faudrait) sera à La Roque d'Anthéron en Août.
Gay Cultes aussi.

Bien secouer avant de servir

Lundi, Louis

Lundi...




la suite de "Louis, garçon facile" : "Louis et Maud n'étaient pas très "plage"..."


Bonne fin de semaine !

lundi 21 juin 2010

Louis, garçon facile I 6 : premières proies

Il se rappelle seulement la rapidité maladroite des gestes...
Le chemin de pierres qui monte jusqu’au phare au-dessus de la plage publique existe toujours ; le champ en friches, lui, n’a pas résisté aux pelleteuse des bétonneurs.
Louis se souvient qu’un après-midi de juin, aux premières chaleurs, Eric et lui avaient quitté précipitamment l’étendue de sable blond : leur conversation sans doute devait tourner autour de « ça » en un crescendo qui eut pour résultat de les mettre dans un état d’excitation irrépressible.
Dans l’innocence de leur adolescence, il ne leur vint pas à l’idée -Louis en sourit maintenant- que leurs maillots de bains devaient laisser apparaître des protubérances qui n’auraient pas échappé à un œil averti.
Il se souvient de leur marche précipitée sur le bitume chauffé à blanc, qu’il fallait trouver un coin tranquille, et vite.
On est inconscient à 15 ans ; Louis ne sait plus si l’endroit était sûr ; il se rappelle seulement la rapidité maladroite des gestes, la jouissance rapide issue des préliminaires verbaux, l’excitation mêlée à la peur d’être découverts, le rouge du maillot d’Eric, leurs deux sexes en étreinte, et presque aussitôt le liquide jaillissant qu’on prend la précaution de laisser fuser en assouvissement, enfin, vers les mauvaises herbes, le sang qui affluait à ses tempes, le cœur qui crevait le mur du son…
Bien des années après, Louis revoit le film que dans un coin de sa mémoire il n’a jamais vraiment cessé de se projeter.
Il se souvient que bien avant d’avoir une tanière bien à lui, il revint dans ce vague terrain, de nuit, avec Dany, puis avec Jack.
Ces deux garçons inséparables (l’un ne sut jamais pour l’autre et inversement), deux « minets » arrogants et sûrs d’eux, étaient les tombeurs du lycée A.
Louis les avait connus au Milk Bar, cette petite bâtisse blanche trouée du bleu d’une discrète enseigne où se retrouvaient petits loubards et lycéens désireux de s’encanailler autour d’un lait-fraise.
Le jeune garçon en avait fait son quartier général, ne cachant à personne ses préférences, les brandissant même en étendard.
La curiosité des jeunes hommes qui fréquentaient l’établissement pouvait aller, en ces temps de sexuelle explosion, jusqu’à vouloir explorer toutes les facettes de leur sensualité.
C’est ce qui arriva avec Dany tout d’abord, qui posait trop de questions sur ces choses pour que Louis n’y décelât point des hésitations qui en faisaient une proie facile.
L’affaire fut réglée un soir où les confidences du beau garçon aux cheveux blond-cendré ne laissèrent plus planer le moindre doute ; il avait révélé des détails sur ses plaisirs solitaires qui prouvaient qu’il était en attente.
Louis n’eut aucun effort à faire pour l’emmener là-bas, dans le champ, où il lui rendit le service de le posséder, en faisant un nouvel allié, de ceux, il s’habituerait, qui font promettre :
-Surtout, t’en parles pas, c’est entre nous.
Et tout ce qui reviendrait par la suite en litanie prévisible.
Par la suite Dany, qui se rêvait « chanteur-vedette » vint « répéter » chez Louis, en l’absence des parents de celui-ci, toujours, forcément, et le garçon musicien le manipula effroyablement, lui laissant croire en un talent qu’il savait inexistant.
Dany fut le premier garçon avec lequel Louis fit vraiment l’amour ; vous savez, quand on passe une nuit entière à faire des trucs inimaginables, sans la moindre retenue, ivres.
Jamais cependant Louis n’aima Dany d’amour.
Il n’avait d’yeux et de cœur que pour Jack.

(à suivre) ( ?)
Syl. Gay Cultes
D.R.

Les confidences du beau garçon aux cheveux blond-cendré 
ne laissèrent plus planer le moindre doute.
(Photos non créditées)
"Le chemin de pierres qui monte jusqu'au phare..."




"Louis l'emmena là-bas..."
Photos Gay Cultes sur les lieux...




Tous les épisodes : clique !