Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana (Louis Arjaillès, aussi). Maison de confiance depuis 2007.


Tombe, Victor !

Tombe, Victor !
Pour commander, cliquer sur ce bandeau. À Paris, en vente aux "Mots à la bouche".

mercredi 30 avril 2014

Douches froides









Johann Libéreau et Pierre Perrier dans "Douches froides" d'Anthony Cordier (2005)

Au cœur de l'Alhambra, un... ragazzo !

Alhambra, Grenade. J'ai vérifié : un romain ! - Photo Silvano

Le ciel serein d'Espagne est sans embruns*

Cordoba (Cordoue) - photo Silvano

* Référence pour cinéphiles adeptes de comédies musicales.

M'apercevant, il se mit à trépigner*

Je
ne 
pensais
pas
aimer
autant 
le flamenco.

Dans Cordoue, avec mon compagnon de voyage, nous avions craint le piège à touristes : le restaurant annonçait "flamenco gratis". Ce fut l'un des grands moments du séjour. Le jeune quatuor en représentation ce soir-là, offrait une prestation originale, revisitant un folklore galvaudé. Le guitariste n'était point de ces fonctionnaires qui hantent les volières à pigeons de Séville : harmonies savamment tissées, modernes et respectueuses à la fois, virtuosité juvénile d'un vrai professionnel, déjà.
Le garçon des photos nous subjugua, de grâce et de passion entremêlées.
Le "vino tinto" (vin rouge) de la région, capiteux, exacerba notre enthousiasme.


* En vacances, il est permis de rêver.

Corps doux à Cordoue

Dans l'impressionnante "Mezquita", jeudi dernier, l'objectif a délaissé un instant les images pieuses...
Non, ce n'est pas l'enfant que j'ai voulu immortaliser, mais le grand frère.

Tout foot le camp !

Merci à Pierre qui m'a communiqué ceci :


mardi 29 avril 2014

GC Déco : le dépouillement, c'est tendance !


Une belle œuvre d'art sur le lit et quelques chiffons : cette chambre minimaliste a tout pour séduire.

Fourbu

Je suis rentré, épuisé mais comblé, d'un long périple, commencé en Catalogne (ne JAMAIS dire "Espagne" si l'on parle de cette région à des catalans !), avant de joindre Alicante et de m'attarder en Andalousie. Au retour, nouvelle halte à Cadaquès, avant de découvrir la française Côte Vermeille (Cerbère, ancienne gare internationale d'avant les trains à grande vitesse, et surtout la belle Collioure). J'ai publié vos commentaires, et remercie mes aficionados (j'emploie sciemment le terme au sens de "fidèles", plutôt que de "fans", ma modestie me l'interdisant...

Et même pas ridicules !



Dans les jardins de l'Alhambra, j'ai voulu les imiter.
Et bien, ça ne me va pas du tout.