Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana. Maison de confiance depuis 2007.


Tombe, Victor !

vendredi 27 mars 2015

Chevauchées

Ses parents avaient offert à Dominique sa première moto, en un temps où l'on pouvait dès seize ans chevaucher des machines de 125 cm3.
C'était une monture de marque japonaise sur laquelle les deux garçons entreprirent de longs périples bien au-delà des limites de l'agglomération, filant à travers la campagne environnante ou sur la corniche qui domine la Méditerranée.
Paul vivait ces randonnées comme une délicieuse épreuve, tremblant de tout son être quand Dominique accélérait, buvant littéralement les larmes de vent du conducteur qu'il serrait fort, très fort, pour faire corps avec lui, pour lui faire ressentir ces craintes dont le blond se gaussait, ses frissons de plaisir ; leurs éclats de rire fusaient quand son ami s'amusait à donner de petits coups de freins successifs pour simuler un accouplement.
On ne portait pas de casque; on pouvait ainsi se pavaner au centre-ville devant le grand café de la place principale sur ce moderne destrier. Pendant les balades, on se parlait plus aisément, partageait ses impressions et quelquefois des "je t'aime" incongrus au milieu de considérations plus prosaïques.
Les arrêts en pleine "brousse" précipitaient le temps, moto jetée contre un arbre, corps prestement débarrassés de leurs oripeaux, vite accolés, vite assouvis jusqu'à la trop lointaine prochaine fois.
(c) Silvano Mangana - Gay Cultes

4 commentaires:

Jay a dit…

Merci pour l'immensité de ce rêve.

joseph a dit…

ah oui le temps des tennagers sur leurs destriers pétaradants ne craignant que la pluie et les pavés dits tête de mort... mais croquant la vie à pleines dents et vivant leur jeunesse sans la menace du SIDA

Anonyme a dit…

Nous nous languissons, Silvano.
Marie

another country a dit…

Greffes de peau assurées en cas de chute...