Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana (Louis Arjaillès, aussi). Maison de confiance depuis 2007.


Tombe, Victor !

Tombe, Victor !
Pour commander, cliquer sur ce bandeau.

mercredi 22 avril 2015

Langue martyrisée

Nouvelle régression du langage sous la plume et dans la bouche de la presse écrite et parlée : "ce qu'il se passe" pour "ce qui se passe". Faut-il rappeler que le pronom personnel "il" désigne une personne et non un objet ou un événement ? L'inculture progresse.
Le public va suivre, n'en doutons pas.
Et bien oui, ça m'énerve !

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Avec raison, Sylvano!
Bonnes vacances.
Alexis de Savoie.

Anonyme a dit…

"ce qu'il se passe" est correct. "il" est ici un prénom impersonnel utilisé avec le verbe occasionnellement impersonnel "se passer". On retrouve ce "il" impersonnel dans l'expression dans sa forme interrogative "Que se passe-t-il ?" Les principaux verbes occasionnellement impersonnels sont : il convient de, il importe de, il est prouvé que, il s'est produit (et - a fortiori - il s'est passé etc.), il s'agit de, il se peut que, il semble que, il est certain que, mais il y en a d'autres !

Cordialement,
Paul

Silvano a dit…

Sans doute, Paul, mais je n'en aime pas la musicalité, tlop lugueuse*












*trop rugueuse