Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana (Louis Arjaillès, aussi). Maison de confiance depuis 2007.


Tombe, Victor !

vendredi 24 avril 2015

Pathétique

Dirk Bogarde | Mort à Venise de Luchino Visconti, d'après Thomas Mann
Voilà pourquoi, jamais je ne me teindrai les cheveux.

9 commentaires:

Roland a dit…

Des journées ensoleillées par Tadzio...Une évocation des difficultés de Thomas, éclairées par Klaus.

estèf a dit…

Le plus pathétique c'est surtout la séquence où la couleur se met à couler !
Quel film !

joseph a dit…

je dirais pas non si c'est pour rendre un dernier soupir près du Pont et de la lagune...

Pierre a dit…

Pathétique, oui, mais aussi (peut-être) sublime. Au plus bas... et au plus haut ! simultanément, dans une apothéose (surtout sur l'adagietto).

Anonyme a dit…

Ce film... CE FILM !!

Oscar

Kigou a dit…

D'autant que les cheveux poivre et sel, voire sel seuls, c'est tellement sexy !

Silvano a dit…

estèf, regardez moins rapidement : c'est ici que ça commence.
oscar : je dirais même plus : QuEl FiLM !
Pierre : vous parlez d'or.
Roland : je n'ai pas compris, mais ce n'est pas grave.

estèf a dit…

Ah pardon Silvano, j'ai réagi de mémoire trop ancienne !

Roland a dit…

@ Silvano - Le journal de Klaus confirme la quête de Thomas. Le magicien évoque ses rencontres dans ses carnets, qui ont été détruits partiellement quand les nazis se sont emparés de la villa.