Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana (Louis Arjaillès, aussi). Maison de confiance depuis 2007.


Tombe, Victor !

vendredi 10 avril 2015

Un train d'enfer

Restaurant Le train bleu, Gare de Lyon à Paris

C'est la période de l'année idéale pour aller déguster un gigot d'agneau au Train bleu : l'animal rôti arrive en chariot à votre table.
Mon snobisme s'arrête à la diffusion de cette photographie de l'établissement classé entièrement rénové l'an passé.
On peut m'inviter par courriel.

6 commentaires:

joseph a dit…

oh la la qu'est ce que le nappage a souffert! un manque de fer dans un chemin qui en principe l'affiche haut et fort, je comprends votre non envie de fréquenter ce lieu, et pour respecter sens du goût , je ne vous y convierai pas (même si l'agneau rôti, surtout pascal et de Pauillac lui me ferait fléchir)

Celeos a dit…

Mais quel est le souillon qui a posé les nappes ainsi, avec cet amoncellement de faux-plis qui détonnent avec le décor ? (C'est ma journée "Celeos cherche la petite bête" !) Ah, la France a besoin du modèle italien !

Roland a dit…

Un repas au Train bleu et une place dans le PLM...

Silvano a dit…

Aaaaaaaaaaaaaaaaaah, heureux de voir relevée cette impardonnable négligence dans un lieu qui pratique des prix dissuasifs.

Gwengil a dit…

Ces faux plis sont un faux pas. Le maître d'hôtel a ses huit jours...

anoustous a dit…

ELOGE DU LAISSEZ ALLER ?

Quand on voit les nappes, on se dit que les maîtres d'hôtel actuels n'ont pas les mêmes exigences que ceux d'hier.

il est douteux que cette photo soit prise par la direction de cet Etablissement reconnu. Une enquête s'impose par Silvano