Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana. Maison de confiance depuis 2007.


Tombe, Victor !

samedi 6 février 2016

En empathie

AFP

Ce garçon manifeste.
C'est à Szekesfehervar, Hongrie, le 13 décembre dernier.
Selon Le Matin (CH) : près de 300 personnes, dont l'émissaire américain contre l'antisémitisme, ont manifesté dimanche (ce dimanche-là, ndr) dans le centre de la Hongrie à l'appel d'organisations juives contre l'érection d'une statue d'un ministre auteur de lois anti-juives dans les années 30.
Les manifestants ont marché en silence, une torche à la main, près de l'endroit où doit (devait, ndr) être inaugurée en décembre dans la ville de Szekesfehervar une statue grandeur nature de ce ministre, Balint Homan. Homan avait également appelé à la déportation des juifs de Hongrie en 1944.
Près de 600 000 juifs hongrois ont péri dans les camps de la mort nazis.
Il y a tout lieu de s'inquiéter de la démocratie en péril dans ce pays tout proche.
La dérive populiste contamine également la Pologne, et ne cesse de s'étendre.
Mes photos d'anges, de nus masculins, de sites enchanteurs, ma diffusion de chefs-d'oeuvre musicaux, si elles permettent de rêver, ne doivent pas nous faire oublier que l'Europe est à nouveau en proie à des démons pour le moins inquiétants.
J'exprime ma solidarité avec toutes les populations opprimées sur un continent que l'union est censée préserver du retour aux conflits qu'engendre inévitablement le nationalisme.


8 commentaires:

Roland a dit…

Un rappel précieux. Préparons nous à une lutte difficile, mais indispensable, sur un vieux continent qui s'égare...

Celeos a dit…

Vous avez raison, Silvano. Il n'est sans doute pas utile de rappeler le texte fameux "Quand ils ont pris les xxx je n'ai rien dit : je n'étais pas xxx. "
Chacun de nous, quel que soit son sentiment d'appartenance, doit se sentir concerné, sinon jusqu'au jour où...

joseph a dit…

J'écrivis naguère
"et si les étoiles rose bonbon,
renaissaient verte, bleue, jaune citron
ferais- tu d 'un revers de veston
une constellation? "
Même piètre , le poête aurait-il hélas raison?

Ĵeromo Tanguy a dit…

Merci Silvano ! Un grand merci !

Anonyme a dit…

Ne vous inquiétez pas, Silvano, vous ne participez pas à notre inconscience mais, à l'inverse, à renforcer notre conscience de la Beauté sous toutes ses formes.
J'ai le sentiment qu'il nous faut, autant qu'on peut, être disponible à la beauté et à la joie pour mieux vivre dans ce monde et tenter de mieux aimer.
(...comme une forme de résistance...)
Alors oui, un grand merci
Marie

Anonyme a dit…

Et c'est aussi chez nous.
Hier manifestations anti-réfugiés et Pegida.
C'est chez nous avec le FN et la radicalisation (qui n'est pas l'apanage des islamistes !) de la droite...
A l'instant M.-A. Ouaknim dans Talmudiques citait Ricœur (1961):

"Je suis convaincu qu'un monde islamique qui se remet en mouvement, un monde hindou dont les vieilles méditations engendreraient une jeune histoire, auraient avec notre civilisation, notre culture européenne, cette proximité spécifique qu'ont entre eux tous les créateurs. Je crois que c'est là que finit le scepticisme. Pour l'Européen en particulier, le problème n'est pas de participer à une sorte de croyance vague qui pourrait être acceptée par tout le monde; sa tâche, c'est Heidegger qui le dit : « II nous faut nous dépayser dans nos propres origines », c'est-à-dire qu'il nous faut revenir à notre origine grecque, à notre origine hébraïque, à notre origine chrétienne pour être un interlocuteur valable dans le grand débat des cultures ; pour avoir en face de soi un autre que soi, il faut avoir un soi.
Rien par conséquent n'est plus éloigné de la solution de notre problème que je ne sais quel syncrétisme vague et inconsistant. Au fond les syncrétismes sont toujours des phénomènes de retombée ; ils ne comportent rien de créateur ; ce sont de simples précipités historiques. Aux syncrétismes il faut opposer la communication, c'est-à-dire une relation dramatique dans laquelle tour à tour je m'affirme dans mon origine et je me livre à l'imagination d'autrui selon son autre civilisation.
La vérité humaine n'est que dans ce procès où les civilisations s'affronteront de plus en plus à partir de ce qui, en elles, est le plus vivant, le plus créateur. L'histoire des hommes sera de plus en plus une vaste explication où chaque civilisation développera sa perception du monde dans l'affrontement avec toutes les autres. Or ce procès commence à peine. Il est probablement la grande tâche des générations à venir. Nul ne peut dire ce qu'il adviendra de notre civilisation quand elle aura véritablement rencontré d'autres civilisations autrement que par le choc de la conquête et de la domination. Mais il faut bien avouer que cette rencontre n'a pas encore eu lieu au niveau d'un véritable dialogue. C'est pourquoi nous sommes dans une sorte d'intermède, d'interrègne, où nous ne pouvons plus pratiquer le dogmatisme de la vérité unique et où nous ne sommes pas encore capables de vaincre le scepticisme dans lequel nous sommes entrés. Nous sommes dans le tunnel, au crépuscule du dogmatisme, au seuil des vrais dialogues. Toutes les philosophies de l'histoire sont à l'intérieur d'un des cycles de civilisation ; c'est pourquoi nous n'avons pas de quoi penser la coexistence de ces multiples styles, nous n'avons pas de philosophies de l'histoire pour résoudre les problèmes de coexistence. Si donc nous voyons le problème, nous ne sommes pas en état d'anticiper la totalité humaine, qui sera le fruit de l'histoire même des hommes qui engageront ce redoutable débat."

Bonne journée
Théophile

Silvano a dit…

Merci Théophile, pour la pertinence de la citation.
Marie, vous parlez d'or.
Roland, Céléos, Joseph : nous sommes (hélas !) en phase.

Anonyme a dit…

Il y a un blog dont la lecture fait du bien, par un dimanche matin. Merci, Monsieur.
Anton