Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana. Maison de confiance depuis 2007.


Tombe, Victor !

lundi 18 juillet 2016

Solution de l'énigme cinéma









Je peux me targuer d'avoir un lectorat éminemment érudit en matière de gay-culture : on pourra le constater en lisant les commentaires sur le billet qui posait la question, ici : clic
Félicitations et merci : ces petits jeux sont aussi une manière de dialoguer avec vous.









Rupert Everett & Colin Firth
Another Country, histoire d'une trahison, de Marek Kanievska (1984), avec Rupert Everett et Colin Firth (qui feront une belle carrière), donne en partie la raison de la trahison de sujets de Sa Majesté, passés, après leurs années de collège, au service de l'Union Soviétique.
Les faits sont connus par les passionnés d'histoire de la seconde guerre mondiale et, par la suite, de la guerre froide.
C'est l'affaire des "Cinq de Cambridge"* qui connut un énorme retentissement.
Bien que l'homosexualité ait été largement répandue dans les "english school", une chape de plomb recouvrait ces pratiques qu'on ne pouvait rendre publiques, et encore moins ostentatoires.
Les idées communistes trouvèrent écho parmi des jeunes gens qui pensaient qu'elles ouvraient la porte à la liberté de mœurs à laquelle ils aspiraient.
Le film l'explique avec beaucoup de subtilité : ce n'est certes pas un "gay movie" sur les amours masculines au collège, même si le spectateur sensible peut y faire son miel de scènes homo-sensuelles joliment tournées. Le titre français est d'ailleurs, pour une fois, explicite.
Le film dénonce l'hypocrisie qui régnait alors, héritée de la répression du règne de Victoria (voir Maurice, de James Ivory, relire les derniers écrits d'Oscar Wilde, après le "scandale"). La bande-annonce permet de s'en faire une petite idée, que voici :

  


* Les cinq de Cambridge, notice Wikipedia : clic

On notera que Marek Kanievska a de la suite dans les idées, qui tourna en 2004
A Different Loyalty (Secrets d'état) autour de la même affaire, où l'on retrouve l'acteur Rupert Everett.

2 commentaires:

Alex H a dit…

J'avais trouvé, je le jure !

joseph a dit…

Je me confonds en excuses , j'avais pensé au sublime "Maurice" et de la scène des traces de pas sur la moquette et de l'échelle menant au balcon!