Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana. Maison de confiance depuis 2007.


Tombe, Victor !

mercredi 24 août 2016

C'est mal parti


6 commentaires:

Roland a dit…

Une rentrée anticipée ? Mais une morale éternelle ! Debout Citoyens ! N'oubliez pas que la liberté républicaine implique l'engagement ( cf l'intervention de Jaurès, à Castres, pour la distribution des prix, en 1904).

Silvano a dit…

Vous y étiez, Roland ?
:)

Roland a dit…

Silvano, par les récits du doyen de ma commune natale, j'entends Jean Jaurès. Je l'accompagne au fil de ses travaux, en particulier de son Histoire socialiste de la Révolution française. J'ai toujours une pensée émue pour lui quand je passe devant le 37 rue Sainte-Croix de la Bretonnerie siège du jeune parti socialiste, après l'unification de 1905. Je n'oublie pas Loulou, son fils mort à Pernant, à quelques pas de Soissons, en juin 1918 - il n'avait pas 20 ans...Je me recueille devant la plaque apposée au café du Croissant, devant son tombeau, au Panthéon. Je vous recommande sa lecture.

Silvano a dit…

Merci Roland, et pardon pour cette petite moquerie pas méchante.

Roland a dit…

Silvano, guettez la publication des œuvres de Jaurès. J'ai eu la chance de bénéficier des récits d'un militant, qui entré dans le grand soir de la vie, m'a raconté les réunions auxquelles il a participé, Jaurès étant l'orateur principal de ces rassemblements. Je n'oublie pas ses combats pour la vérité, la justice, sa défense du capitaine Dreyfus, sa lutte acharnée pour la paix. Au fil de vos promenades dans la capitale, quand vous passez devant le lycée où il venait chercher Loulou,quand vous flânez dans le quartier de la presse, vous contempler la façade du Palais- Bourbon...saluez sa mémoire.
L'historien a le privilège de voyager dans le temps.

Anonyme a dit…

A propos de Morale :
A cause de l'entrée en guerre, le procès de VILAIN, l’assassin de JAURES ne se tiendra qu'en 1918.
VILAIN est acquitté, la veuve JAURES est condamnée à payer les frais de JUSTICE.
Même acquitté, VILAIN comprend qu'il aura du mal à vivre en France. Il s'installe aux Baléares ou il vit en vendant des bibelots aux touristes.
En 1936, les anarchistes espagnoles viendront chercher VILAIN pour le fusiller.
Roger