Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana. Maison de confiance depuis 2007.


Tombe, Victor !

lundi 28 novembre 2016

Automneries

Seyant


Le jeune homme qui m'est le plus proche, du fait d'une notoriété nouvellement acquise qui le conduit à devoir se présenter fréquemment en public, abandonne peu à peu ses tee-shirts informes  pour des chemises claires et des pulls bien coupés. De plus, lui qui, désireux de se vieillir (quelle idée !) ne se désherbait que rarement, semble avoir renoué avec le rasoir que je lui avais malignement offert en avril dernier pour son anniversaire. 
Je vais finir par le trouver beau. 
Le garçon de la photo (glanée) n'est pas mal non plus.


Stritart


 
Si, comme beaucoup, je trouve hideux les tags qui polluent un peu partout notre environnement, véritable insulte à l'esthétique, j'aime bien les graffiti "à message" qui en disent long sur l'état de notre société. Celui-ci est suffisamment explicite.




 

 Intempéries


Le ciel, par-dessus nos toits, est, à l'heure où je rédige, si gris, si sale.
Un peu partout, les éléments se déchaînent, entraînant les inondations et leurs conséquences sur les populations qui font l'essentiel de nos journaux télévisés.
Sur l'image ci-dessus, un automne radieux en tous points, pour rêver.



Aznamour


Dans le contexte actuel de nuages noirs en tous genres, reste, heureusement, la musique pour nous soutenir. Elle m'accompagne à toute heure de la journée, canzone italiennes, moments musicaux schubertiens, chansons d'Aznavour que je redécouvre, lui, qui, quand on lui demande quels sont les disparus qui lui manquent le plus, répond spontanément Brialy et Thierry Le Luron. Ce grand monsieur de la chanson n'est apparemment pas homophobe.

 

Passata di pomodoro


Kirk Douglas et Sophia Loren en pleine "spaghetti party".
Une bonne "pasta" peut également nous consoler des vicissitudes de l'existence : c'est le plat convivial par excellence. On doit toujours en avoir dans le garde-manger : quand l'affamé débarque après sa partie de foot du mardi, je sais pouvoir calmer son grand appétit avec des rigatoni al pomodoro, car, outre les précieuses pâtes, j'ai toujours en réserve une sauce tomate maison, si simple à préparer et tellement meilleure que les brouets industriels. Une boîte de tomates pelées (d'Italie, bien sûr !) à laquelle on ajoute un peu d'ail, du basilic ; on fait mijoter, on amalgame à la "girafe", on réserve au frais avant l'invasion,  et basta cosi !


Tiens, pour conclure, très belle version piano-voix d'une très grande chanson :


Aucun commentaire: