Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana. Maison de confiance depuis 2007.


Tombe, Victor !

Tombe, Victor !
(c) Jonathan Wateridge - Tous droits réservés

samedi 25 juin 2016

Une partie de lui...


J’ai posé ma main droite sur les fesses pommelées que j’effleure ; c’est une partie de lui que je vénère, à laquelle je pourrais dresser un autel, dont le grain de peau change de texture selon qu’on la frôle, qu’on la touche, qu’on la malaxe avec plus d’ardeur. Ce sont deux petites collines de soie, entre lesquelles serpente  un vallon moussu où se niche la rosace divine que je sais embraser après que l’ami m’en a inculqué la manière. Il frémit sous mes caresses ; s’il dort, je sais qu’une autre région de son corps, exactement de l’autre côté, s’éveille doucement de mes attentions prodiguées, que ses paupières vont lever leur rideau et que nous allons recommencer jusqu’à l’heure fatidique...
Tombe, Victor !, extrait ;  page Facebook ici : clic


Vision


Ange du jour, amour


Aubade nocturne *

* Quoi ?

Joue avec Gay Cultes




Quel est le titre de ce film "culte".
Fastoche, non ?
Publication des commentaires lundi.


Brève rencontre


vendredi 24 juin 2016

Homme nu en majesté


Catastrophique


L'Angleterre est redevenue une île.


Si

Si vous êtes comme lui,
livres en main,
écrivez-moi :
nous avons tant à nous dire.

Torre del Lago : festival Puccini et gay Toscane

La maison de Puccini à Torre del Lago (Toscane) - Le compositeur est enterré dans une chapelle attenante.

La petite ville toscane de Torre del Lago Puccini, près de Viareggio (rebaptiser une cité en lui accolant le nom d'un musicien, magnifique !) accueille chaque année le Festival Puccini (en 2016, du 15 juillet au 13 août) où l'on donne en plein air les Opéras du grand compositeur.
Le site du festival :  clic 

Le grand théâtre de plein air


Paradis gay ?

 

Mais la cité est également un haut-lieu de rassemblement des gays et lesbiennes, sous l'impulsion du mouvement Arcigay, et serait devenu le "paradis des homosexuels" !
On lira avec intérêt cet article de l'indispensable Courrier International, intitulé " Torre del Lago, entre Puccini et travestis " (!).
C'est là : clic


On peut donc imaginer un séjour propice à l'union... des mélomanes.


Il y a tant d'amour en toi

mercredi 22 juin 2016

Trio

Will McBride, “Toby, Kristof et Robin: Été, Munich" -All. 1978.

Gazon béni

Matty Carrington par Cameron McNee Via Homotography

Ni barbe, ni tatouage, ni coiffure "baroque" : si les joueurs de l'Euro étaient tous de cet acabit, je passerais mon temps devant la télévision.
Mais voilà, son ballon à lui est ovale.

Je suis sûr qu'il a besoin d'un bon massage.

Qu'est-ce qu'une grande chanson ?


J'aime beaucoup ce Monsieur : quand il croise sur sa route un piano, il s'installe et peut jouer jusqu'au bout de la nuit, comme ça, pour le plaisir.

Allusif ?

J'ai mauvais esprit,
ou la métaphore est flagrante ?

mardi 21 juin 2016

Intimités


Photos Gonzalo W. Bénard 

L'autre soir, j'ai cru...

Charlie Wheelhouse, photographié par Cécilie Harris










que
j'allais
te
manger
tout
cru.

Cadeau : grande musique de film


Pour Ridicule, de Patrice Leconte (1996), Antoine Duhamel composa une œuvre que l'on ne peut dissocier des images d'un film qui prouve le talent de son réalisateur. Si Leconte signa la trilogie des Bronzés, il est également l'artisan de films plus profonds, comme celui-ci, ou encore l'excellent Tandem.
La version publique ci-dessus est de qualité moyenne ; c'est la seule trace de cette grande bande originale que j'aie pu trouver.

En bonus, cet extrait inoubliable de ce très beau film :


Fête de la Musique

Pour moi, c'est tous les jours.

lundi 20 juin 2016

Caresse-moi !

Il a ouvert sa chemise ; il était tout bronzé, pas comme moi qui n’aime pas m’exposer au soleil, il l’a enlevée complètement et m’a demandé si je trouvais qu’il était bien foutu ; je l’ai regardé comme on admire un tableau au musée Picasso, en le détaillant, et j’ai trouvé que c’était bien plus beau. « Caresse-moi » m’a-t-il ordonné, et j’ai exécuté l’ordre en tremblant. « Tout doucement ! » il a dit. J’ai fait comme il disait et, soudain, les cigales se sont tues. Victor, pendant que je le caressais, a lentement déboutonné son pantalon blanc, a pris ma main et l’a dirigée là, tout en bas, et je l’ai touché, doucement, sans oser regarder.
( Tombe, Victor ! - Extrait - Parution  juillet 2016)
Page Facebook : clic

Le glaive de l'ange


Il faut tourner le page***

Alexandre Cabanel, Jeune page en costume florentin,  1881

R., lecteur impliqué, m'envoie cette historiette follement amusante :

La Cour du roi Henri IV se déplace de Pau vers Paris.
Mais elle est retardée par un orage, tout le personnel se retrouve obligé de passer la nuit dans une auberge de campagne dans des conditions d’inconfort certain.
Et le lendemain matin un page de raconter à ses camarades :
- J’ai bien ri, M. de ** m’a pris toute la nuit pour une fille.

** Ici nous n’écrirons pas le nom de cette illustre famille qui existe encore.




*** Même si Claude Nougaro écrivit, en titre d'une superbe chanson : Il faut tourner la page.


dimanche 19 juin 2016

Fête des paires*

Houses Guests Ken Haak 1983




* Voilà, je l'aurai faite un fois. Soyez charitables : oubliez !
Cela dit, il y a souvent pire dans les commentaires ...

Mets-moi le feu !

Euro 2016 : il cache un fumigène dans son rectum et blesse deux personnes dans la "fan zone" de Nice.


L'objet du délit mesurait 18 cm sur 4. Un Français d'origine albanaise, qui assistait mercredi 15 juin dans la "fan zone" de Nice (Alpes-Maritimes) au match de l'Euro 2016 entre la France et l'Albanie (2-0), va être jugé pour avoir introduit un fumigène et blessé deux personnes.
Il est soupçonné d'avoir introduit l'objet prohibé en le dissimulant dans son rectum. Après avoir passé sans encombre les palpations de rigueur, le jeune homme âgé de 18 ans a utilisé le fumigène. Il a alors brûlé deux personnes et s'est lui-même blessé, a précisé le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre.
Il sera jugé lundi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Nice. La "fan zone" de Nice n'avait jusqu'alors pas connu d'incidents majeurs liés à la sécurité, mis à part des tentatives d'introduction d'objets dangereux comme des couteaux ou des bouteilles en verre.

Via Francetvinfo

Sans commentaire, mais j'ai bien ri.


Louis Arjaillès : pourquoi ce pseudonyme ?


Ceux d'entre mes plus fidèles lecteurs qui ont la bonne idée d'aller visiter régulièrement la page Facebook de Tombe, Victor ! sont informés des étapes préparatoires à la publication de mon premier roman, à paraître dans quelques jours.
Le pseudonyme Louis Arjaillès n'est pas dû à un coup de dé.
Je m'en expliquerai un peu plus tard.
Ayant parsemé le roman de scènes d'amour charnel entre ados, je ne peux publier sous mon vrai nom, car je travaille dans une structure qui reçoit enfants et adolescents.
Quant à Silvano Mangana, mon pseudo "Gay Cultes", jeu de mots dérivé du nom d'une grande actrice italienne, il me fut un jour attribué par une amie humoriste célèbre et n'eut pas été très sérieux pour un roman qui narre la découverte de ses inclinations par un tout jeune homme, avec les joies... et les questionnements qu'elle induit.
Si vous allez visiter la page Facebook, merci de cliquer sur "J'aime" ; pas seulement sous les extraits et photos, mais aussi en tête de page.
C'est ici : clic

Nota : ce n'est pas moi sur la photo ci-dessus, même si l'ambiance est comparable.

Je vous souhaite un bon dimanche.


Cadeau : un p'tit concerto pour la route ?


Aux "Prom's" de Londres en 2013 : le tout jeune Jan Lisiecki offre une très belle interprétation des pages sublimes de Schumann, un compositeur si difficile à jouer et... à comprendre.
Allez, c'est dimanche : accordez-vous une demi-heure de grâce et de profondeur !

Chaud devant !

Pour bien commencer ce dimanche,
découvrons les mystères de la vie, amen.
(Fouloulou, hein !?)

samedi 18 juin 2016

Scène ordinaire de la vie quotidienne

Oui, il y a encore des hommes qui se rasent.
Et ça m'excite.
Presque autant que les meubles en vrai bois dans les salles de bain, c'est dire !

Parlons chiffons


Haro sur les ticheurtes informes : vive la chemise !


Un Adagio pour Orlando

Souvent récupéré par le cinéma (de Platoon aux... Roseaux sauvages !), l'Adagio pour cordes de Samuel Barber est un véritable chef-d’œuvre.
C'est par les pages de Barber que s'est ouvert le concert du 15 juin à Central Park où le New York Philarmonic, sous la direction de d'Alan Gilbert, rendait hommage aux victimes de la tuerie d'Orlando.
C'est un beau moment d'émotion partagée :


Corfou, c'est fou

Corfou est l'île grecque la plus proche de l'Italie.
Ses habitants sont les Corfiotes.
Si !

Méli mélo

Photo Agnès Geoffray