Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana. Maison de confiance depuis 2007.


mardi 25 novembre 2014

Embrasse-moi



List, encore et toujours

Jeunes hommes à Naxos | Herbert List 1937

Dans le coquetier


S'il n'y avait qu'un film à voir, s'il n'y avait qu'une ville à aimer :


Découvert tout dernièrement , longtemps après sa sortie en salles, La Grande Bellezza, de Paolo Sorrentino (Il Divo), est un véritable choc cinématographique que tout amoureux de cinéma (ou de Rome*) se doit de posséder.
Un Oscar du meilleur film étranger amplement mérité.


* Au début du film, sur le Janiculo, un touriste japonais s'effondre, foudroyé par la beauté (la "bellezza") de la ville éternelle. Photo Silvano M.

Peu importe

Oh,
vous
savez,
moi, 
dès lors
qu'il y a
de la lecture,
je m'adapte à 
toutes les situations.

Les enfants qui s'aiment


lundi 24 novembre 2014

Révélation

" Je suis agréablement surpris ! "


Patrons, prenez un apprenti !

Mais pourquoi diable ai-je choisi un métier artistique ?

Songe...


Brigitte et les garçons (qui se battent)

La chute de ce clip vidéo est surprenante, qui ne manque pas de rappeler un clip ancien de la chanteuse Zazie. Si vous ne connaissez pas, je vous laisse découvrir, d'autant que la chanson est plus qu'honorable :

Une œuvre

Alexandre Cabanel : Oreste - 1846

dimanche 23 novembre 2014

Francisco Lachowski nu*


Icône gay, Francisco Lachowski, mannequin de son état, hante la plupart des blogs dédiés aux jeunes gens avenants. Il y a longtemps que j'ai renoncé à publier son image : une recherche iconographique sur le Maître du web nous en offre à profusion.
Mais là, pour cette photo qui, d'évidence, date de quelques années, je baisse la garde, à défaut d'autre chose.

* Pic d'audience en vue

Et si on restait au lit ?





Bon dimanche !

La tombe du plongeur

Fresque de la tombe du plongeur (détail) 480-470 av. JC | Capaccio-Paestum (Campanie, It.)

Cadeau : Vivaldi par Bowman, 19 minutes d'exception !



La voix surnaturelle de James Bowman avec l'Académie de musique ancienne dirigée par Christopher Hogwood, dans cet enregistrement de 1976, nous offrent cette version d'anthologie.
Le contributeur a choisi d'illustrer la musique du génial Vénitien avec des photographies des plus belles Abbayes de France.
Un regalo, e vero !*

*Un cadeau, vraiment !

samedi 22 novembre 2014

Strié sur le volet*


* Fin d'une semaine difficile : je fais ce que je peux.

Let the sunshine out


Ti amo

Queer as folk reste gravé dans notre mémoire collective.
Mon camarade blogueur Another Country a publié tout récemment cette belle vidéo où la "bella canzone" vient en contrepoint d'images judicieusement retravaillées et montées.
Une réussite que je vous offre si vous n'avez pas visité les pages de mon voisin dernièrement : 



Châtaigniers



Allée de châtaigniers à La Celle Saint-Cloud (Alfred Sisley)
La province dont je parle est sans côtes, plages ni récifs (…) Deux hommes pourtant, qui connurent ces châtaigniers, s’y abritèrent sans doute d’une averse, y aimèrent peut-être, y rêvèrent en tout cas, sont allés sous de bien différents arbres travailler et souffrir, ne pas assouvir leur rêve, aimer peut-être encore, ou simplement mourir.
—  Pierre Michon, Vies minuscules

Je comprends pourquoi...

on 
dit
de
certaines
photographies...

qu'elles
sont un peu
"léchées".

jeudi 20 novembre 2014

Nu absolu



C'est ma tasse de thé

On ne saurait
lequel
caresser
en premier.

Je ne suis jamais allé à Ferrare (Ferrara, Emilie-Romagne, Italie)


Ferrare, ici, est baignée de lumière.
J'ai "désaturé" l'image tant que faire se peut : quelle sale manie que de truquer les images pour exalter prétendument un paysage qui n'en a nul besoin !
Quand on a lu les romans de Giorgio Bassani, le grand écrivain local, on peut sourire de cette chromo pour dépliant touristique.

Pendant la période fasciste, Ferrara subit de plein fouet les lois raciales édictées par Mussolini : on (re)lira pour s'en convaincre Le jardin des Finzi Contini du même Bassani, ou l'on verra le film de Vittorio De Sica, excellente adaptation du roman.
Dans Les lunettes d'or, de Bassani encore, le personnage principal, un médecin jusqu'alors respecté, vit une liaison "coupable" avec un beau jeune homme issu du peuple : la "bonne société" de la ville va l'acculer au désespoir. Tiré de cette nouvelle, elle-même inspirée de faits réels, un beau film de Giuliano Montaldo, au titre éponyme, est encore, comme le précédent, visible au format DVD.
Mais je découvre, rédigeant ce billet, une autre adaptation d'une œuvre de Bassani, La lunga notte del'43, que l'on peut voir intégralement dans une version originale non sous-titrée (ce qui me donne l'occasion de constater à quel point mon italien est à revoir) ici : clic.
Je ne suis jamais allé à Ferrara.
J'aimerais la découvrir sous la brume.





Conversation

- Mais, moi aussi, je te drague !
- Non, toi, tu ne me dragues pas : tu me fais la cour.

Photo Fred Holland

Mouvementperpétuelmouvementperpétuelmouvementperpétuelmouvementetc.

A.L. Crego

Quand on aime les garçons en short, on ne s'en lasse pas.