Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana (nom de plume Louis Arjaillès). Maison de confiance depuis 2007.

"La gravité est le plaisir des sots"
(Alexandre Vialatte)


Tombe, Victor !

Tombe, Victor !
" Tendre, émouvant, ensoleillé, universel "

mardi 13 novembre 2018

Corps à modeler

                                             





















Il y a des choses
qui me laissent
coi.


Dévotions

Der Einstein des Sex "biopic" du Dr Magnus Hirschfeld, film de Rosa von Praunheim
Belle image du film complètement raté programmé en 2017 sur Arte.

Bras non raccourci*

Photo Daniel M. Schmude
* ?

lundi 12 novembre 2018

Le souci du détail

Janusz Kuhlman par Stephen Mientus | Avec une ceinture, c'est nettement mieux. 

C'est fou, par les temps qui courent (en pantalons de jogging uniformes), comme on peut s'extasier du bon goût d'un garçon qui a compris qu'un jean sans ceinture ne fait pas le meilleur effet !
J'ai disserté longuement, dernièrement, avec de jeunes apprentis-pianistes, sur le substantif "élégance" et ses diverses applications dans notre vie quotidienne. Ce sont les premières mesures d'un Rondo de Beethoven tout simple qui ont motivé ces explications : jouée sans élégance, de manière scolaire, cette jolie pièce perdait tout son intérêt.
Faire de son quotidien un Rondo de Beethoven joué élégamment : belle règle de vie, non ? 

Rareté


Tamara Karsavina et Vaslav Nijinsky, des Ballets Russes de Serge de Diaghilev, dans Le spectre de la rose à Monte Carlo en 1911.
Rare photo E.O.Hoppe.
Le ballet, inspiré par l'oeuvre éponyme de Théophile Gautier fut chorégraphié par Michel Fokine.
La photo ci-dessous est beaucoup plus connue.



C'est lundi, mon ami !

Jon Herrmann, acteur et modèle pas libre ce soir

dimanche 11 novembre 2018

"97, 98, 99..."

Fais attention au loup,
tout de même !
Silvanouououououououou 

Il revient,

Photo paris zigzag

le temps du chocolat chaud.
Du vrai !
Foin de ces poudres à l'origine
d'insipides breuvages !
Vive le sublime nectar que l'on prépare
avec des morceaux de vrai chocolat
noir à 78 % de cacao !

Armistice ?

Soldats anglais et français punissant un soldat allemand.
Carte postale d'époque

Formulation récurrente des journalistes, tous médias confondus :
"la France commémore le centenaire de l'armistice..."
En quelle année célébra-t-on ce centenaire ?

On a fait la paix


samedi 10 novembre 2018

C'est si gentiment demandé





Jaron Beker 
a une manière 
assez particulière 
d'afficher son besoin de tendresse.















Mais que
ne ferait-on
pour un garçon
aussi avenant ?

Les rois d'Ijburg



Jeux d'eau et jeux de mains pas vilains.



Ijburg est un quartier résidentiel au nord-est d'Amsterdam dont les habitants vivent dans des maisons flottantes souvent construites sur mesure, gaies avec de grandes baies vitrées des terrasses et arrimées à un fronton. Les vélos et les bateaux sont privilégiés face à l'automobile. Les propriétaires achètent l'emplacement sur l'eau pour une durée de 99 ans. Le prix de revient du m² est d'environ la moitié de celui du centre-ville. L'eau apporte une qualité de vie recherchée aux Pays-Bas. Les premières livraisons ont eu lieu en 2013.
Source Wikipédia 


Source clip et photos : Boys by girls 

Enfin vengé !

Notre ami romain Palomar a posté ceci sur son "tumblr".
Après moult décennies d'exécution (dans le vrai sens du terme) par des générations d'apprentis-pianistes, voici enfin l'oeuvre telle qu'il faut l'apprécier :


jeudi 8 novembre 2018

Ménage à trois

Plus
on
est
de
fous...

Mi mejor amigo (Mon meilleur ami)



Mi mejor amigo est un film argentin qui sort aujourd'hui... dans son pays d'origine.
La publicité locale argumente ainsi : " Une histoire d'amitié ou d'amour selon le regard que l'on porte sur elle. "


Synopsis :
Lorenzo est un adolescent tranquille qui vit avec ses parents et son jeune frère dans une petite ville de la Patagonie argentine. Un jour, le fils d’un ami de la famille, Caíto, s’installe chez Lorenzo. Sa famille traverse des moments difficiles et ne peut s’occuper de lui. Caíto est très timide et parle à peine. Lorenzo est censé l'aider à se sentir chez lui. Ils deviennent amis. Ils passent beaucoup de temps ensemble. Bien que Lorenzo n’aime pas le sport, il supporte la fascination de Caíto pour le vélo de montagne. Ils partagent des conversations profondes aussi. Ils peuvent être très différents mais ils finissent par se comprendre. Il ne faudra pas longtemps avant que tout le monde à la maison réalise que Caíto est un cas difficile. Après quelques jours, les parents de Lorenzo estiment qu'ils en ont assez. Mais alors, Caíto fait une grande confession à Lorenzo. Il lui dit la vraie raison pour laquelle il a été forcé de quitter sa maison. Après cela, Lorenzo le prend en charge pour que ses parents le laissent rester. Il a maintenant un secret à garder, une responsabilité à prendre et un partenaire gênant qui le mènera à travers de nouvelles expériences de vie.

Jeune

Youth, par Jack Pierson, 2000

lundi 5 novembre 2018

En passant









I Antoine Simony
II ixe
III Mikita Krivelev
IV Toi, moi, nous, vous : source introuvable

Charmant duo


Photos de Peter Pascucci


Guy Gilles, encore

Le DVD des éditions Montparnasse (autour de 20 €)
Les deux billets sur Guy Gilles ont suscité des commentaires très intéressants. Le court métrage ci-après nous transporte dans le Paris de la fin des années soixante ; il réveillera sans nul doute des nostalgies sonores ou olfactives (le métro, la salle des pas perdus de la gare Saint Lazare...) ou provoquera peut-être l'intérêt des plus jeunes pour cette époque que leur génération dit souvent envier à ses aînés. Ce sont des images simples, prises comme à la volée, avec un beau regard sur les gens et les lieux. Ce en quoi Guy Gilles semblait exceller. Je le découvre, comme beaucoup d'entre vous supposé-je, et vais me procurer le DVD ci-contre. Nous pouvons donc prévoir que ceci n'est pas le dernier billet sur ce cinéaste attachant.

C'est lundi !


dimanche 4 novembre 2018

Escalier de style

Le danseur-étoile Friedmann Vogel
Et l'on trouva le truc
pour me faire gravir
les marches quatre à quatre.


Bon dimanche !

Cadeau : déconseillé aux personnes sensibles


Qui a dit de la musique de Shostakovitch qu'elle était "froide" ?
Ici, en ce dimanche d'automne, pour nous, c'est Leonard Bernstein, ce cher Leny, qui joue la partie piano et dirige le New York Philharmonic.
C'est enregistré en 1958, c'est éternellement beau à pleurer, et chaud.


Pasta


Ce sont des "tagliatelle (ne pas prononcer le g) al ragù".
On les nomme "bolognaises".
Sauf à Bologne, bien sûr.

samedi 3 novembre 2018


Inversement,
cette photo me
rappelle une expression
en vogue dans les cercles
que je fréquentais avant hier, que
l'on décochait à qui dénigrait un beau garçon :
"Oh, hein, dis, si tu l'avais dans ton
lit, t'irais pas coucher dans la baignoire !"

Certains de mes lecteurs...


ayant atteint un âge vénérable,
je me permets de leur recommander
le vaccin annuel contre la grippe.
J'envisage moi même d'y avoir recours
dans quelques années, quand je n'aurai plus
l'âge de filer à 25 km/h à trottinette sur le boulevard
de Magenta. Aux heures de pointe, bien entendu.

BarbudroitcommeunIsursonfougueuxdestrier

Classieux

Jean Marais - Tournage du Capitan d'André Hunebelle (1960)
En 1948 chez Jean Cocteau à Milly-la-forêt



vendredi 2 novembre 2018

jeudi 1 novembre 2018

Les jours fériés...

Vladimir Ivanov

pour aller déjeuner avec le Maestro,
il mettait une cravate.

Bonne fête à tous !

Ciné Bijou

J'évoquais hier Guy Gilles, cinéaste méconnu qu'il ne faut pas oublier.
YouTube soit sanctifié (c'est Toussaint, aujourd'hui !) qui nous permet de découvrir ce court-métrage consacré en 1965 déjà à la disparition des cinémas de quartier, sujet qui m'a toujours tenu à cœur.
La promenade se déroule en compagnie de Patrick Jouané qui fut le comédien-fétiche du cinéaste.
Et qui n'était pas vilain, loin s'en faut :

"Et gratte, gratte sur ta mandoline..."


C'est tellement ciné-photogénique, Venise, s'pa ?
Mais lundi dernier...

MIGUEL MEDINA / AFP -  29 octobre 2018

MIGUEL MEDINA / AFP - 29 octobre 2018


Certains s'amusent de ce qui est, en fait, une tragédie.
Les remarquables images de Philippe Apatie :