Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana (nom de plume Louis Arjaillès). Maison de confiance depuis 2007.

"La gravité est le plaisir des sots"
(Alexandre Vialatte)


Tombe, Victor !

Tombe, Victor !
" Tendre, émouvant, ensoleillé, universel "

mercredi 20 février 2019

J'y reviendrai, mais

Grâce à Dieu
de François Ozon 
est un grand film 
indispensable.

James

James (?) par Paola Vivas

Kaiser ?

J'entends et vois les hommages.
"Kaiser de la mode" : je n'aime pas ces termes.
Certes, un créateur de mode vient de mourir, dont les cendres rejoindront, nous dit-on, celles de sa chatte Poupette (ou un truc comme ça).
C'était un homme toujours muni d'un éventail dont il jouait avec dextérité.
Dans la France d'aujourd'hui qui saigne, sous ces déferlements de haine, je n'ai pas le cœur à célébrer la France du futile, des mondanités, du luxe.
Un homme est mort qui était célèbre.
Compassion à ses proches qui le pleurent.
Mais ce pays, et, tout autour, de nombreux pays européens, a surtout besoin d'air.
D'un éventail salvateur.
Espérons !



Gustave Caillebotte | 1848-1894

Jeune homme à la fenêtre (1875)

Ivo Pogorelich d'hier à aujourd'hui



Ivo Pogorelich (né à Belgrade en 1958), l'un des plus grands pianistes actuels, fut un jeune homme d'une beauté remarquable.
Ces photographies datent, je pense, de son premier récital à Carnegie Hall en 1981.
Un an auparavant, le jeune pianiste est éliminé au deuxième tour du fameux Concours Chopin de Varsovie. Martha Argerich, indignée de la mise à l'écart de celui qu'elle considère comme un génie du piano, démissionne alors du jury : ce scandale est à l'origine de la carrière exceptionnelle de ce pianiste différent en tous points de ses confrères. Un récital de "Pogo" est toujours un événement extraordinaire.
Guettez les programmes de concerts : on l'annonce pour bientôt en France ; dont à Paris le 20 mars à huit heures et demie du soir Salle Gaveau.





Malgré les toux et raclements de gorge intempestifs, on écoutera avec bonheur l'enregistrement d'un récital enregistré le 7 mai 1990 à Carnegie Hall.
Au programme, Haydn, Brahms, Liszt - Entracte - Scarlatti, Chopin, Scriabine, et Balakirev en bis.
Trop stylé, comme dit l'un de mes "grands" !
C'est là : slic

Ivo Pogorelich aujourd'hui - Site : par là


mardi 19 février 2019

Ça suffit !

La France Insoumise sera également présente à ce rassemblement.
Je ferai partie des milliers de "Français de souche" (comme "ils" disent) solidaires présents ce soir à République.
Des rassemblements sont organisés partout en France.
Informez-vous : les racistes, les homophobes, les antisémites, ce sont les mêmes.

Fragments








Armchair Books


J'ai cherché longtemps.
C'est très vraisemblablement
l'intérieur de cette librairie d’Édimbourg :


Make America, etc.



lundi 18 février 2019

C'est la vie,

Photo Walter Pfeiffer
on prend
de la bouteille !
Envoyons vite ce plastique
au recyclage, et ne gardons que
l'essentiel !

Alléluia !


Le film de François Ozon sort effectivement dans les salles mercredi.
Le père Bernard Preynat, poursuivi pour agressions sexuelles, avait déposé un recours pour faire repousser la sortie du film, au nom de la présomption d'innocence. Il a été débouté par le tribunal administratif de Paris.

Lisons


J'étais
tombé
amoureux
parce qu'il
y avait plein
de livres chez lui.


Un ange est mort

Les ailes du désir de Wim Wenders, inoubliable.

Le grand acteur suisse Bruno Ganz est mort d'un cancer vendredi dernier 15 février à l'âge de 77 ans.
Bien plus que d'Adolf Hitler (La chute), c'est l'image de l'ange des Ailes du désir de Wim Wenders que nous garderons au cœur.
Ganz a tourné avec les plus grands : Jerzy Skolimovski, Arnaud des Pallières, Ridley Scott, Théo Angelopoulos... et, tout récemment pour Lars von Trier, aux côtés de Matt Dillon, dans The house that Jack Built, authentique chef-d'oeuvre sorti en catimini en octobre dernier, dont il faudra que je vous parle un jour.   

L'affiche de The house that Jack Built de Lars von Trier


Jeune homme en fleurs






Ash Stymest pour Dazed & Confused
en 2008














Un lundi sans lui


dimanche 17 février 2019

Mea Culpa (cadeau)


Je me rends compte avec horrrrreur que j'ai oublié d'insérer ma pièce musicale du dimanche. Je répare cette omission en offrant ce mouvement impétueux de la Sonate en sol mineur de Félix Mendelssohn, joué ici par Roberto Prosseda. Belle interprétation, mais je recommanderais personnellement l'excellente version de Frederic Chiu (Harmonia Mundi usa) :



Il me plaît, de plus, d'écouter aujourd'hui la musique d'un compositeur juif qui fut, bien évidemment, interdit de programmation par les nazis sous le IIIe Reich.
Hier, des "gilets jaunes" (ou des pseudo-gilets jaunes, tant l'uniforme est commode à certains salauds) ont agressé par des insultes qu'on croyait d'un autre temps le philosophe Alain Finkielkraut dont le simple fait de sortir de chez lui (pour acheter du pain ? des clopes ? respirer ? se balader ?) a été qualifié par ces fachos de "provocation".
Qui me connaît un peu sait à quel point je déteste ce personnage infatué dont les thèses polluent depuis trop longtemps les ondes de toutes sortes.
Cela posé, je trouve les propos entendus dans la vidéo prise en direct* profondément dégueulasses et inadmissibles.
Si le mouvement des "gilets jaunes" a permis de mettre à jour les graves problèmes vécus au quotidien par les  classes moyennes (pour l'essentiel) défavorisées, il a favorisé, également, la prise de parole et les actes de la frange la plus abjecte de la population, intégristes de toutes obédiences, identitaires, fascistes "modernes" cousins du nouveau Mussolini italien Salvini.
Alors Mendelssohn, les musiciens, les écrivains, les femmes et hommes d'état démocrates juifs, le "goy gay" que je suis vous rend ici hommage.

*On trouve aisément partout la vidéo de l'agression. Je n'ai pas voulu l'insérer ici : polluer cette Sonate de Mendelssohn je ne puis.

L'ange de la semaine vous souhaite...

Fernando Lindez | Photo Kito Muñoz
un bon dimanche, et moi aussi !

Au secours, "ils" sont partout partout !



Bouh, moi je veux juste un garde suisse !
Je me souviens d'avoir proprement viré de mon domicile, un soir, il y a quelques années, un jeune blond plutôt agréable, quand il m'eût confessé qu'il était diacre et travaillait à la Nonciature apostolique de Paris* (l'ambassade du Vatican). Et ce - je le jure sur ce que bon vous semble ! - avant de passer à l'acte supposé advenir en ces circonstances. 
Dans une église où l'on dénonçait l'homosexualité à longueur d'homélies et de diktats, où l'on frappait d'interdit les contraceptifs, dont le préservatif recommandé pour ses vertus dans la prévention du SIDA qui tuait en Afrique et ailleurs sans distinction d'âge ou de sexe, cette hypocrisie me révulsait.
Le brûlot de Frédéric Martel n'étant disponible en librairie qu'à partir de jeudi prochain 21 février, je ne sais si les éléments qui ont conduit à sa rédaction sont sérieusement étayés. S'ils le sont, le postulat étant que la sainte église catholique romaine est, en son  fief, peuplée d'une foule immense de gay ensoutanés, le succès s'annonce énorme. Je prie pour que les masses avides de sensationnel ne fassent point d'amalgame entre un évêque amateur d'anges majeurs et les prédateurs pédophiles qui tiennent le haut du pavé de la rubrique "mœurs" en temps ordinaires.
Amusant (quoique) : le livre sort le jour même de l'ouverture du sommet sur les abus sexuels.

* C'est fou la vie, tout de même : voilà qu'une enquête pour harcèlement sexuel sur un jeune cadre de la Mairie de Paris s'instruit à l'encontre de Luigi Ventura, 74 ans, actuel nonce apostolique à Paris !
Au même titre qu'un ambassadeur, le prélat pourrait être expulsé par les autorités françaises.
Pour en savoir plus long, petits curieux, allez donc ici : cloc

 

Danseur

Óscar Comesaña Salgueiro - Victor Ullate Ballet

samedi 16 février 2019

Irrésistible

Photo Duane Michals


J'avais déjà inséré cette photographie, je crois.
Dans le droit fil de mes billets sur les garçons
photographiés par Duane Michals lors d'un bel été espagnol,
je ne peux résister au plaisir de contempler à nouveau avec vous
le beau Lukas Marschall.

Les facéties de papy


Lors des séances de photos pour Loewe (voir billet Hay Fernando ! du jeudi 14), le photographe Duane Michals  s'est également mis en scène aux côtés de ses jeunes et beaux modèles.
Qui a dit "conflit de générations" ?



:)


vendredi 15 février 2019

jeudi 14 février 2019

Hay, Fernando !

Maître des horloges ?




Le joli petit monsieur se nomme Fernando Lindez.
Il a été mis en scène et photographié à Madrid au cours de l'été 2018 par Duane Michals (87 ans !).
Fernando, lui, n'en a que 19 (depuis dimanche dernier, pour tout vous dire.) 
Il est l'un des protagonistes de la version espagnole de Skam.
Tiens donc !



SKAM España