Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana (nom de plume Louis Arjaillès). Maison de confiance depuis 2007.

"La gravité est le plaisir des sots"
(Alexandre Vialatte)


Tombe, Victor !

Tombe, Victor !
" Tendre, émouvant, ensoleillé, universel "

mardi 14 août 2018

Érigé

Oui, je sais,
mais c'est
une bonne photo.
Apparemment, il
s'agit du modèle polonais
Adam Jakubowski, lequel n'hésite
pas à poser très souvent avec son petit copain.
Avec humour :

Andrew et Adam par Jack Pierson

.

À Trieste

Photo Silvano Mangana
Je retournerais bien à Trieste,
ville incomprise.
J'en garde le souvenir d'un étrange séjour.
Je croyais n'être pas satisfait, mais j'ai ressenti un pincement au cœur en la quittant.

Pelvis, etc.



lundi 13 août 2018

Si les salauds vont en enfer...

ça doit  se bousculer à l'entrée de la multinationale Belzébuth & Co.
Je sais : il ne faut pas lire les commentaires au bas des articles sur les sites des organes de presse. Ça vous bousille une journée en deux temps trois mouvements, comme ces phrases puant la haine qui viennent, sur le site de France Info, flétrir (le mot est faible) l'engagement des 500 personnalités qui ont signé une tribune soutenant l'action de SOS Méditerranée et son bateau humanitaire l'Aquarius.
Ces  habitués du café du commerce de l'anonymat garanti dénoncent ce qu'ils croient (ou souhaitent) être un conglomérat de "bobos", alors qu'une simple lecture fait apparaître une liste de personnes de toutes opinions et obédiences (évêques, écrivains, artistes, médecins, membres d'associations diverses, prêtres...) et d'organismes tels que le Secours Catholique !
La lecture des ces sentences à l'emporte-pièce engendre nausée et vomissements. 
Quant à cet appel, il honore ses signataires, parmi lesquels beaucoup de personnes que j'aime.
C'est ici : clic

Encore un lundi

Jonathan Skeesick, modèle et (bien sûr) acteur.

Rigueur, discipline, précision : impressionnant !



Ce sont les élèves, filmés en 2015, d'une université sport-étude de Yokohama  (Japon).

Note : impressionnant, certes, mais relativement inquiétant, comme me le font remarquer deux commentateurs émérites.

Savoir-vivre


dimanche 12 août 2018

Gymnastique érotique

Gymnastes danois (équipe nationale) , photo par Anderson & Low, 1998-2002

Bon dimanche !

de et avec Kyle Thompson

J'ai trouvé...

chaussure
à
mon
pied.

Mais à part ça,
cette Fantaisie en Fa mineur
de Frédéric Chopin me tue depuis toujours (à 5:12 j'entre en transes, si !) :



Cadeau : le pianiste inconnu



De cette interprétation du n° 9 du premier cahier de Musica Callada de Federico Mompou, on ne saura davantage que ces deux mains comme en reptation sur le clavier.
L'interprète anonyme nous fait un vrai beau cadeau.

Le temps des confitures


samedi 11 août 2018

Chaleurs aoûtiennes


Qu'il est agréable de savourer les joies de la nature entre amis en costume d'Adam.
Attention toutefois : respectez les législations et ne vous avisez pas de vous mettre à l'aise là où bon vous semble : ainsi, le 3 août, un jeune allemand de 25 ans a trouvé tout à fait naturel de se dévêtir entièrement et de plonger dans la fontaine dite "des poissons" du très beau parc du Palais Royal de Caserta, le "Versailles italien", non loin de Naples, en présence de nombreux visiteurs.
Appréhendé par la garde à cheval du Palazzo Reale, le jeune homme a expliqué qu'il avait trouvé normal de se rafraîchir quelque peu, vu la chaleur écrasante qui régnait en ces lieux historiques que j'ai visités il y a quelque temps.
Je pense que, tolérant et magnanime de nature, je n'aurais pas protesté et n'aurais pas alerté la police montée.

Les lieux du délit - Photo Silvano



Le pire est passé


La canicule, c'est du passé, nous dit-on.
Certains, comme Kyle Thompson avaient trouvé
un excellent moyen de passer leurs nuits au frais.



Le (beaucoup de) bruit (pour rien) des glaçons

La télé(sans)vision, en ses journaux télévisés, ne peut donner la moindre info sans faire intervenir l'homme ou la femme de la rue.
C'est l'ère du micro-trottoir érigé en mode de communication.
Ainsi, on entend, abasourdis, le quidam interviouvé nous dire que oui, la chaleur est chaude, et qu'avec de l'eau fraîche ça va mieux ; et aussi qu'à l'ombre, on a moins de soleil... qu'au soleil.
Le service public nous offrait avant-hier, un superbe reportage sur... les glaçons. On eût préféré un sujet sur les galçons (depuis l'Italie je roule les r), certes, à ces renseignements présentés comme cruciaux sur la production des cubes de glace de nature à à satisfaire la demande des Parisiens en ces temps de canicule cule cule cule.
En point culminant (et non "d'orgue", bananes !), bien sûr, une prise de sons in-situ avec les citoyen(ne)s nous apprenant (alléluia !) qu'ils en mettaient (des glaçons) dans leurs verres pour rafraîchir leurs boissons.
La sainte parole de mes voisins de caddy m'important finalement autant que ma première grenadine à l'eau, je viens d'opter définitivement pour l'Arte Journal, qui n'use pas de micro-trottoirs, étant à Tf1, France 2 et autres porte-voix de la médiocrité ambiante ce que Courrier International est à Closer.


En flânant dans les rues de Lucca (Lucques)

Photos Silvano, juillet 2018


jeudi 9 août 2018

Des cheveux comme papy !

Un jeune ami auquel je demandai pourquoi il s'était laissé pousser la barbe me répondit qu'ainsi il se sentait plus "homme mûr".
Le garçon de la photo, lui, croit sans doute faire son petit effet, sauf, bien sûr, s'il s'agit d'une réaction  après une frayeur : une apparition de Donald Trump au détour d'une rue, par exemple.

Et dire que tant d'hommes mûrs courent après leur jeunesse perdue. 

Belle bibliothèque

Et un premier plan
sans déco superflue.

Pauvre bête*

* Je
ne parle
pas du chat.


Serait-ce...


le
viril
Gary Cooper ?

mercredi 8 août 2018

Pages et alpages

Rückenakt | Bob Steffen par Werner Bandi - 1946 -
Le même Bob Steffen, assis et un ami non identifié - W.Bandi, même période.



Bello !


Le monstre

Le monstre avait réussi à gâcher mon petit-déjeuner. Il tournait autour de ma table en hurlant, bousculant à maintes reprises la chaise en vis-à-vis, faisant mine de chaparder mes lunettes ou mon chapeau. Le monstre avait choisi sa victime : moi. J'ai adopté une attitude indifférente, laissant promener mon regard au loin, feignant de détailler les bateaux ancrés dans le port d'Ischia. Sans que réagissent ses géniteurs, rivés à leurs écrans, le gosse s'enhardissait à présent, m'invectivant en italien, tirant la langue, et, enfin osa l'invraisemblable : il s'empara soudain de ma fourchette, la saisit à deux mains et la planta avec une violence inouïe dans ma main gauche d'où jaillit aussitôt un geyser d'hémoglobine.
Avant de perdre connaissance, j'eus tout juste le temps de voir le papa, penché sur moi avec un grand sourire et de l'entendre me dire :  " Scusa, signore, è un bambino !(1) "


Certes, cette scène à la Dino Risi est le fruit de l'imagination un tantinet perverse de votre serviteur, mais elle provient de l'observation du comportement de nos voisins italiens envers (et contre tout !) leur progéniture, dont ils ne sauraient se séparer où qu'ils aillent, restaurant, musée, cinéma (quel que soit le film), le "baby-sitting" semblant réservé à la frange la plus aisée de la population, telle qu'on l'appréhende, entre autres, dans le film de Comencini L'incompris. Si le concept français de "l'enfant-roi" semble entré (enfin !) en désuétude, il m'est donc apparu que l'Italien, lui, avait définitivement sacralisé son rejeton en "enfant-dieu", libre de courir et de vociférer en tout lieu où l'on serait en droit de bénéficier de quelque tranquillité, surtout, quand, comme moi, on exerce une activité qui met toute l'année en relation avec des... enfants. Que j'adore, sans l'ombre d'un doute.

(1) Excusez-le, Monsieur, c'est un enfant !

Cadeau : grande musique, grand film



C'est un extrait du film de Roman Polanski The Pianist / Le pianiste (2002)
avec Adrien Brody.