Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana (nom de plume Louis Arjaillès). Maison de confiance depuis 2007.

"La gravité est le plaisir des sots"
(Alexandre Vialatte)


Tombe, Victor !

Tombe, Victor !
" Tendre, émouvant, ensoleillé, universel "

vendredi 18 janvier 2019

Frustrant


Garçons entre eux (avec bidet)

Photo Pablo Pamucio
On notera la présence d'un bidet.
Avec fierté les Italiens ne manquent pas de le mentionner dans la liste des avantages
proposés par leurs hôtels.
Dont les salles de bains comportent toujours cet élément sanitaire.
Je ne le trouve pas plus disgracieux qu'une cuvette de WC.
Pourtant, l'objet s'est raréfié dans nos contrées
Peut-être un réflexe de pruderie par rapport à un objet dédié aux parties les plus intimes de nos anatomies ?
Du fait de cette désuétude, les petits Français d'aujourd'hui ne comprennent rien, c'est sûr, au texte de la chanson À dada sur mon bidet qui est pourtant, vous en conviendrez, un chef-d'oeuvre de notre culture.

Démons et merveilles


Un habitué m'avait
envoyé jadis cette bien
jolie photographie en guise de carte de vœux.

Un autre m'envoie celle-ci pour 2019.
Malgré les apparences, le modèle est majeur,
vacciné, et, hélas déjà tatoué.

Photo Sams Clicks


mardi 15 janvier 2019

La République

V.Hugo en 1849 par Jean-Baptiste Lafosse
« Quel est le républicain, de celui qui veut faire aimer la République ou de celui qui veut la faire haïr ?

Si je n’étais pas républicain, si je voulais le renversement de la République, écoutez : je provoquerais la banqueroute ; je provoquerais la guerre civile ; j’agiterais la rue ; je mettrais l’armée en suspicion ; je mettrais la garde nationale en suspicion ; je mettrais le pays lui-même en suspicion ; je conseillerais le viol des consciences et l’oppression de la liberté ; je mettrais le pied sur la corde au commerce, à l’industrie, au travail ; je crierais : mort aux riches ! Je provoquerais l’abolition de la propriété et de la famille ; je prêcherais le pillage, le meurtre, le massacre ; je réclamerais un Comité de Salut Public.
En faisant cela, savez-vous ce que je ferais ? Je détruirais la République.
Que fais-je ? Tout le contraire.
Je déclare que la République veut, doit et peut grouper autour d’elle le commerce, la richesse, l’industrie, le travail, la propriété, la famille, les arts, les lettres, l’intelligence, la puissance nationale, la prospérité publique, l’amour du peuple, l’admiration des nations.
Je réclame la liberté, l’égalité, la fraternité, et j’y ajoute l’unité.
J’aspire à la république universelle."


 Choses vues, 1848

Mais qu'a-t-il voulu dire par...

Alex Lange par Luke Fontana
" Dans l'humanité, la fréquence des vertus identiques pour tous n'est pas plus merveilleuse que la multiplicité des défauts particuliers à chacun. " ?

Et vous, savez-vous d'où j'ai extrait cette phrase ?

L'effet que tu me fais






Ces images sont extraites du film de Garson Kanin  My favorite wife (Mon épouse favorite), avec, ici, Cary Grant et Randolph Scott.
Les deux hommes vécurent quelque temps en colocation.
Ce qui ne manqua pas de provoquer des rumeurs persistantes sur la véritable nature de leur relation.

Emplettes


À Buenos Aires, on peut acheter de quoi lire à l'Ateneo. Cette impressionnante librairie s'est installée dans l'ancien théâtre Grand Splendid, le sauvant en cela de la pioche des démolisseurs ou d'une destination plus mercantile.
L'Ateneo est considérée comme étant la plus belle librairie au monde, où l'on peut également boire un café, manger un en-cas, et bouquiner dans l'une des loges qui subsistent de l'ancien théâtre. Les samedi et dimanche, le lieu est ouvert jusqu'à dix heures du soir ou minuit.


D'autres photos : ici

dimanche 13 janvier 2019

Matin dominical


Bon dimanche !


Cadeau : lent, douloureux... et apaisant

Le grand Daniel Barenboim repart en tournée avec l'intégrale des sonates du génial Ludwig.
Il a donné à écouter deux enregistrements de cette somme, l'un chez EMI (celui que je possède) et l'autre chez Deutsche Gramophon.
Dans tous les cas, ce très grand chef d'orchestre est aussi un immense pianiste et une belle personne.
La Sonate 29 opus 106 Hammerklavier est l'une des oeuvre majeures de la musique pour piano.
Je n'en donne ici que le troisième mouvement, mais vous invite à l'écouter dans son intégralité pour en mesurer toute la grandeur.

"Il miracolo" : miraculeux !


Après l'excellent Au nom du père, Arte fait encore plus fort, qui coproduit la série italienne de Niccolo Ammaniti Il Miracolo, diffusée depuis jeudi dernier à raison de trois épisodes par semaine. On est rivé à son écran devant cette histoire hallucinante où une statue en vulgaire plastique de la vierge Marie est découverte pleurant du sang à raison de six litres l'heure ! En découle, si je puis dire, un enchaînement de situations dramatiques, voire tragiques, l'auteur, également et surtout écrivain, à l'origine,  résumant ainsi son postulat de départ :  
«... savoir ce qui se passe dans la tête d’une personne rationnelle lorsque elle est confrontée au surnaturel. Je me suis interrogé : si, un matin, je venais à constater que mon réveil s’est mis à léviter, quelle serait ma réaction ? Probablement que je finirais par l’accepter après une période d’incrédulité, comme les Anciens ont fini par admettre l’existence des éclipses… »

Il ne serait guère charitable de ma part d'en dire plus de ce scénario diabolique, mis en scène et photographié admirablement avec, en tête de distribution, trois acteurs habités par leur rôle : Guido Caprino (photo) en Président du conseil mécréant confronté à un événement de nature à semer un effroi mystique dans le pays, Tommaso Ragno en prêtre véreux découvrant (enfin) la foi, et Alba Rohrwacher en scientifique en proie, elle aussi, au doute, ces deux derniers s'étant auparavant signalés, au cinéma, aux spectateurs de l'admirable Heureux comme Lazzaro.
Superbement maîtrisée, digne des meilleures œuvres cinématographiques, Il miracolo justifie son titre de bout en bout.
À voir ici (chance !) jusqu'au 23 février : Il Miracolo

Une tuile à la veille du référendum sur le maintien ou la sortie de l'Europe.

Au large de Gênes

Photo: Nikchu 

La Torre Scola ou Torre San Giovanni Battista est un bâtiment militaire construit par la République de Gênes en 1606 sur une petite île située juste au-delà de la pointe nord-est (Punta Scola) de l'île de Palmaria dans le golfe de La Spezia. 

samedi 12 janvier 2019

Un rien les habille

Martin Quénet tout zébré

Archives

"L'heure de la sortie" : divine surprise !


Il s'avère que le professeur suppléant joué (si juste ! si sobre !) par Laurent Laffite dans le film de Sébastien Marnier est gay : mais l'auteur le relève au passage et le spectateur aussi, sans plus s'y attarder, le renvoyant à sa normalité, car aujourd'hui ce devrait être ainsi, n'est-ce pas, un peu comme ici, à Paris (n'en déplaisent aux tenants des têtes de veaux et de chiens), quand on dit à un jeune moi je suis gay et qu'il s'en fiche comme de sa première branlette.
Mais, en l'espèce c'est très révélateur de ce qui fait l'intelligence de ce film oscillant entre fable écologiste et fantastique, film certes un peu flippant mais excellent de bout en bout avec ces inquiétants et mignons choupinous qu'on ne pourrait labelliser "anges" dans Gay Cultes ou, peut-être, anges diaboliques.
Les adultes, dont Laffite au premier chef, sont formidables aussi, dont Emmanuelle Bercot et Pascal Greggory (enfin de retour !), parfaits.
Climat angoissant, scénario palpitant, référence cinéphiles sous-jacentes (trouvez-les !), bande-originale ad-hoc, L'heure de la sortie est une révélation.


Synopsis :
Lorsque Pierre Hoffman intègre le prestigieux collège de Saint Joseph il décèle, chez les 3e 1, une hostilité diffuse et une violence sourde. Est-ce parce que leur professeur de français vient de se jeter par la fenêtre en plein cours ? Parce qu’ils sont une classe pilote d’enfants surdoués ? Parce qu’ils semblent terrifiés par la menace écologique et avoir perdu tout espoir en l’avenir ? De la curiosité à l’obsession, Pierre va tenter de percer leur secret...

Coquetterie