Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana (nom de plume Louis Arjaillès). Maison de confiance depuis 2007.

"La gravité est le plaisir des sots"
(Alexandre Vialatte)


Tombe, Victor !

Tombe, Victor !
" Tendre, émouvant, ensoleillé, universel "

mercredi 8 avril 2020

Chanter pour lui


Ce soir, c'est mon premier concert avec la chorale. 
Je dois faire le meilleur effet et ne rien oublier… chemise rentrée, chaussettes relevées, cravate ni trop lâche ni trop serrée, veste ... 
Je sais qu'il ne me quittera pas des yeux.
C'est pour lui que je chanterai.
Ma voix survolera toute l'assistance pour aller se poser sur son cœur.

Nouvelles du front (du mien, en tout cas !)

La dernière prise de température, à l'aide du thermomètre ultra-moderne que l'on dirige vers le front, indique, pour la trois-cent douzième fois de la journée : 37.2°.
Je sais que ça vous fait plaisir.
Alors, je communique.


Pour rester dans le domaine médical,
j'insère cette photo signée Pasquale Autorino.
Merci qui ?

J'ai quelque chose à te dire

Par Joey Leo

mardi 7 avril 2020

Ashton Lang


Selon mes informations,
aucun lien de parenté
avec Jack.
Ni avec Lang.

Quand il sera temps

Transmis par Ludovic, fidèle visiteur


On aura peut-être noté que depuis le début de la crise sanitaire je m'abstiens de commenter, gloser, voire de vaticiner sur les événements liés à la pandémie qui nous accable actuellement tous tant que nous sommes. Je ne donne pas mon avis sur sa gestion par le pouvoir, sur les imprévisions supposées, l'utilité ou l'inutilité du port du masque, les atermoiements, la tenue des élections municipales, l'érection (!) de la statue d'un héros que d'autres vilipendent en gourou et l'efficacité du médicament dont il prône l'administration aux malades, la ruée sur les pâtes et le papier cul, si ce n'est, sur ce dernier point, pour m'en moquer : dès que nous en serons sortis viendra l'heure des règlements de comptes de toute nature, dont celle de l'intérêt politicien.
Je fais mien, pour l'heure, et dans l'expectative, cette sentence de l'humoriste Albert Meslay :
"Le droit de se tromper est un privilège qui ne doit pas être réservé aux experts."

Un garçon très équilibré

Photo Giuseppe Falla

lundi 6 avril 2020

dimanche 5 avril 2020

Erotissime


B  O  N    D  I  M  A  N  C  H   E   ! 

Cadeau : classique, Mozart ? Leçon de modernité :



Une oeuvre pour piano, et à fortiori pour piano et orchestre, de Wolfgang Amadeus, c'est une succession de moments tragiques et d'espiègleries, comme dans ces sonates où l'instrument à clavier se substitue à l'orchestre, où l'on peut imaginer un opéra sans paroles, une divine comédie.
Qui l'a compris mieux que Friedrich Gulda, "capté" ici dans le Larghetto (deuxième mouvement) du Concerto 26, dit "du couronnement" ?
Pour moi, qui ne déteste rien tant que l'académisme, Gulda fut et reste un pianiste majeur qui fit souffler un vent de modernité dans l'atmosphère trop souvent empesée des salles de concerts.
N'hésitant pas à tutoyer le jazz, sachant qu'il peut être aussi "grande musique", adepte de tenues décontractées, mais scrupuleusement au service des grands textes, il demeure un exemple pour les jeunes générations de pianistes.

Espièglerie, dit-il ?
Thomas S., fidèle lecteur résidant à Prague, m'a envoyé ce Mozart pour le moins original.
C'est une création, visible sur le marché de Brno (Moravie), du sculpteur Kurt Gebauer (né en 1941)



Le confinement et ses désagréments

Cornelius McCarthy (1935-2009), Reception Room

Ce qui m'ennuie le plus, en cette période, c'est de ne plus pouvoir organiser ces petites soirées tant appréciées de mes invités.

samedi 4 avril 2020

Brandon

Le très joli Brandon par Stephen Maycock
Pauvres modèles destinés, à de rarissimes exceptions, à retomber rapidement dans l'anonymat : on ne nous donne même pas leur nom !
Scoop : Brandon s'appelle Marlo, Brandon Marlo.
Si on peut même plus déconner, alors...
Non, parce que j'ai aussi le classique Branlon Mado.
Sinon, j'ai décidé de mettre à nouveau le libellé "humour" au bas
de quelques billets : lisant quelques commentaires, je me suis rendu compte 
que j'en surestimais certains.

Firenze/Florence



Le confinement favorise la réflexion.
C'en est un avantage précieux.
Ainsi, je prends conscience qu'il faudra,
à l'avenir, privilégier les voyages en train, y compris pour les longs parcours.
Quand je suis en Italie, j'utilise ce moyen de transport pour circuler autour des grandes villes et découvrir les différentes provinces.
Ce fut le cas lors d'un précédent séjour en Lombardie (région tellement endeuillée, aujourd'hui) où, de Milan, je partais chaque jour vers une nouvelle cité.
En grandissant (et non pas en "vieillissant"), je suis persuadé, comme le disait avec sagesse ma grand-mère, que "nous avons bien le temps".

vendredi 3 avril 2020

Confinés de tous pays,


pendant
cette mise 
sous contrainte,
pensez à entretenir
votre corps en prévision
des ébats (aquatiques, bien sûr !) à venir !


Le sucre, c'est pas bon !

Juani Zalazar photographié
avec gourmandise par Pablo Pamucio