Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana (nom de plume Louis Arjaillès). Maison de confiance depuis 2007.

"La gravité est le plaisir des sots"
(Alexandre Vialatte)


Tombe, Victor !

Tombe, Victor !
" Tendre, émouvant, ensoleillé, universel "

samedi 31 mars 2018

Un garçon très "nature"

Photo Ohm Phanphiroj

Deuil national en Présipauté de Groland


Christophe Salengro est mort.
Si, récemment, il fut le somptueux Président de la présipauté, n'oublions qu'il était homme à multiples talents, et qu'il participa notamment à ce spectacle inoubliable de Philippe Decouflé :



Cheveux, mon neveu ! *


 Il s'agit de Ritse de Jong, modèle néerlandais. 
Ritse, reviens, tout est pardonné !

 

* Et même pas honte.

Modération des commentaires et "spams"

Il m'arrive (rarement) de ne pas publier un commentaire émanant d'un lecteur apprécié par ailleurs : c'est toujours dans le but d'éviter une polémique qui transformerait le blog en forum : ce n'est pas sa vocation, et j'estime consacrer suffisamment de temps à Gay Cultes, au risque, parfois, de devoir remettre à plus tard des tâches importantes.
Parfois, c'est simplement par respect, parce que j'ai estimé que le commentaire pouvait desservir son auteur, et ce, même si les pseudonymes peuvent garantir l'anonymat.
Blogger (c'est l'hébergeur) se charge d'évacuer les commentaires suspects (spams) : je néglige par manque de temps de consulter la boîte où échouent les spams, dont certains (mystère inhérent aux tuyaux !) ne devraient pas s'y trouver : j'y trouve quelquefois relégué des textes de tequila sunrise que Blogger, qui fait la chasse aux annonces publicitaires (pour le viagra, notamment !), doit prendre pour une réclame pour un alcool.
Par contre, on comprendra que des messages comme celui qui suit partent aux oubliettes.
Il est cependant plutôt croquignolet, comme dit l'autre.
Allez, tel quel, c'est cadeau :

[Je suis le grand maître marabout de retour affectif rapide et retour affectif entre gay et lesbiennes et pour les femmes stériles Pour le retour immédiat de l’être aimer. Prenez contact avec moi pour tout votre besoin Je suis aussi formidable dans le domaine de porte feuille magique et jeux LOTO Avez-vous un problème de mariage? Avez-vous des problèmes avec la justice? Avez-vous des problèmes avec votre patron? Vous vous sentez menacer par votre entourage? Vous gaspillez de l'argent sans faire de réalisation? Vous avez des problèmes pour accoucher? Vous avez des problèmes pour être enceinte? Vous vous posez des quese conjoint(e). Voudriez-vous que la chance vtions sur les fausses couches? Vous voudriez connaitre votre avenir? Vous ne satisfassiez pas votrous souri aux jeux et au boulot ? Votre patron vient de vous renvoyez du boulot ?? Votre copain (e) vient de vous quitter ?? Vous ne vous sentez pas aimez pas les autres ? Vous cherchez un bon boulot.]

Je ne sais plus si j'ai déjà inséré cette jolie photo de classe.

Ah, faire le pont avec vous !



Beau lieu


mercredi 28 mars 2018

Textile superflu


Salvatore et la "manif pour tous".

La "manif pour tous" a fêté (!) les cinq ans de sa mobilisation contre la loi dite Taubira entérinant le mariage des personnes de même sexe.
La manifestation du 24 mars 2013 s'était terminée dans la violence fomentée par les éléments les plus extrêmes de ce "mouvement" que l'on dit encore actif et qui fait honte à la démocratie.
En deux tweets qui bénéficient d'une très large audience, Salvatore, jeune gay assumé, revient sur ces défilés auxquels ses parents l'obligèrent à participer : 

"Un jour mes parents m'ont emmené à une manifestation.
J'ai hurlé des slogans que je ne comprenais pas.
J'avais 12 ans.
Ce jour-là mes parents m'ont emmené manifester contre mes propres droits.
Chaque fois que j'y repense j'en suis malade."

" Alors vous qui causez des dépressions, de l’anxiété ou que sais-je de dévastateur à vos enfants, vous qui les insultez, les rejetez, les mettez à la rue, vous qui n’êtes pas foutus de les aimer. Ne venez pas nous expliquer comment un enfant doit être élevé."

Comment on manipule les gosses pour défendre l'indéfendable




Bien balancé


Printa...niais ?

Tout
leur
va.
Rageant !

Maman, j'ai rêvé...

que
j'étais
hétéro !

lundi 26 mars 2018

Ça, c'est une bonne idée !

"Tu ne seras pas un clone de plus, mon chéri !"

Printâneries

... ce que je considère comme étant les événements cruciaux...

 

Toute première fois


Call me by your name se situe au début des années 80.
Pour sa première fois avec Oliver, dont la perspective l'a hanté toute la journée - et sans doute avant -, Elio, bien qu'éperdu de désir, fait montre d'une maladresse touchante, celle d'un puceau dont une tentative récente avec une fille s'est soldée par un fiasco. Comment parvenir enfin à ce partage des sens, à cet accomplissement qu'il appelle ardemment de ses vœux ? En cela, le jeu des deux acteurs est parfait, qui se cherchent du regard, tentent un premier contact sans succès, et se trouveront finalement pour mettre un terme à cette insupportable tension qui ne peut s'apaiser que par le mariage des corps en ébullition.

Lors de l'écriture de Tombe, Victor !, je m'étais longuement interrogé sur la manière de décrire les premiers épanchements charnels de mes personnages principaux. J'ai puisé dans mes propres souvenirs d'adolescence, résolu finalement à dépeindre ce que je considère comme étant les événements cruciaux d'une vie sans faire usage de faux-semblants.
Il y a donc des scènes de sexe qui parsèment mon récit, dont personne, à ce jour, ne m'a dit qu'elles sont "pornographiques".
À chacun sa pornographie, me disais-je pendant la lecture de Lisières du corps de Mathieu Riboulet, décédé il y a peu, dont chaque page, chaque ligne, exsudent le sexe brut, faisant passer les étreintes de Victor et de Paul pour des jeux de cour de récré, sans que cela soit jamais vulgaire, voire jamais "pornographique", mais d'un grand écrivain.



Entre parenthèses, quoique...

 

Photo Gonzalo Bénard
(Je me demandais comment se passent les "premières fois" de nos jours, où, dès le plus jeune âge, on a accès, gratuitement, à la pornographie sans limite via Internet.
Doit-on craindre que les jeunes ne se plaisent qu'à reproduire ce qu'ils ont vu sur leurs écrans, pensant que c'est la seule manière de faire l'amour ?
Oh, ce serait tellement triste, pathétique.
En attendant de vous livrer ce que m'en dit mon juvénile entourage, dites-moi si, selon vous, ces craintes sont légitimes.)

Fin d'âneries (pour l'instant)


D'abord dire que la dernière manifestation de la pornographie à laquelle j'ai pu assister fut celle d'un ancien président de la République l'autre soir à la téloche. Je n'en ai vu fort heureusement que les extraits réputés marquants sur un site d'informations. Fidèle à lui-même.

Enfin, et c'est mieux, célébrer encore, pour conclure aimablement, ce cher Claude-Achille Debussy qui nous a quittés le 25 mars 1918, nous laissant inconsolables, n'est-ce pas ?
Munch et le BSO : vous le valez bien si vous m'avez lu jusqu'ici.




Je vous souhaite

une
bonne
semaine.