Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana (nom de plume Louis Arjaillès). Maison de confiance depuis 2007.

"La gravité est le plaisir des sots"
(Alexandre Vialatte)


Tombe, Victor !

Tombe, Victor !
" Tendre, émouvant, ensoleillé, universel "

mardi 30 janvier 2018

Un certain sourire


C'est bien...

parce que c'est mardi :
une sélection d'angelots
qui m'ont
ému
amusé
émoustillé
touché
bouleversé
chamboulé
fouloulé.
Rayez la
mention inutile
ou trouvez autre chose.
















dimanche 28 janvier 2018

Conciliabules


Cette photo m'intrigue :
elle semble extraite d'un film des années 30.
J'ai pensé un moment à Zéro de conduite, mais les
protagonistes du film de Jean Vigo sont beaucoup plus jeunes,
et la séquence m'aurait marqué.
La recherche d'images n'a rien donné.
Si vous avez une idée, n'hésitez pas.

Bon dimanche !

Alistair Waterfield par Marcin Leszczyński

"Call me by your name" : Timothée et Armie à Paris, pour patienter

Le plus qu'attendu Call me by your name sort en France le 28 février.
En attendant, bain de fraîcheur avec Timothée Chalamet et Armie Hammer, ses deux interprètes principaux, lesquels étaient les invités de Yann Barthès jeudi dernier.
Beaux, vivants, lumineux !


À regarder avec délectation ici : clic  
(il vous faudra subir un peu de pub, mais ça le vaut bien.)


Cadeau : tube intemporel bien déroulé

Ce Chopin-là est le cheval de bataille d'une multitude d'apprentis-pianistes.
C'est dire si on lui en a fait voir de toutes les couleurs.
J'ai même entendu cette œuvre en sonnerie de téléphone mobile !
Ici, interprétée par Yundi Li, elle est jouée exactement comme je la conçois, sans affèterie, sans pathos, sans romantisme clinquant.
Il se dit que Chopin détestait cette œuvre.
Nobody is perfect.


samedi 27 janvier 2018

Nu animé

Eadweard Muybridge - Tennisman (1884)
Bien avant la première projection cinématographique, au Grand Café, par les frères Lumière, Eadweard Muybridge fut sans conteste un précurseur en matière d'images animées  grâce à ses études sur la décomposition du mouvement (chronophotographie).
On notera qu'il sut choisir ses modèles.

Tout le monde sait bien...


que c'est dans la marine...

(Aujourd'hui,
je me sens un peu
moins antimilitariste
que d'habitude.)

Cadets de l'armée de l'air russe en plein délire : Vladimir pas content


Les photos sont des captures d'écran.



On appréciera cette vidéo où ces jeunes "cadets" (ou présentés comme tels : sur la Toile, la méfiance est utile) se déhanchent en petite tenue de manière suggestive, l'un deux dégustant une banane de façon très allusive.
On frémira cependant de penser aux répercussions que cette vidéo "virale" ne manquera pas de déclencher dans un pays où les pouvoirs publics ne peuvent être considérés comme tolérants en la matière.
Ces jeunes cadets sont inconscients et/ou très courageux.






Note : un lecteur m'envoie un lien vers un article de Libération, où l'on précise :

[Depuis quelques jours, les clips de parodie se multiplient, en soutien aux étudiants d’Oulianovsk : nageurs, jockeys, électriciens, retraitées, et autres acteurs déguisés en peluches géantes rejouent la vidéo sexy. La réaction disproportionnée et caricaturale des différents responsables a transformé en cri (danse) de ralliement ce qui aurait pu rester une énième vidéo amateur sans conséquences. Pour le politologue Andrei Kolesnikov, il s’agit presque d’une contestation politique. «Il faut dire que la situation est difficile avec l’éducation patriotique, ironise l’expert dans une chronique du New Times. Un grand nombre de groupes, des cadets aux femmes au foyer, sont prêts à se mettre publiquement en scène en tortillant leurs arrière-trains, en exigeant ainsi que les autorités ne se mêlent pas de leur vie privée. Et plus l’Etat cherche à diriger les comportements privés de personnes privées, plus la résistance devient active. Et les moindres mouvements du corps dans la sphère privée commencent à avoir une signification citoyenne et politique».] 

L'article dans son intégralité : clique-moi dessus


Et donc :

Excusez du peu

Je suis Enzo Carini

Sacré bon film


vendredi 26 janvier 2018

Nature vive

Photo Maurice Loncke

Exaltations

Photo Markus Pritzi

Photo Sasha Forest

Corfou

Corfou, Grèce, 1946 - Photo David Hurn
Telle l'impératrice Elisabeth d'Autriche-Hongrie, surnommée Sissi, je m'imagine très bien en villégiature à Corfou, où l'influence vénitienne se fait encore sentir.
Les habitants de l'île sont les Corfiotes.
J'adore.

jeudi 25 janvier 2018

Heureuse intimité

Photo Simon Phillips - Behind in Berlin, 2014

Refuge

Photo Mary Quincy
Aux beaux jours, j'aime m'attabler, avec  un livre, sur la petite terrasse du Refuge à côté de la station Lamarck-Caulaincourt du Métropolitain.
En milieu de matinée, ce n'est pas bruyant, et les voisins de table sont souvent aimables.

mercredi 24 janvier 2018

"Je suis pas de bonne."

Carl Hardrop - Photo de Sarah Charlie Benjamin.
Joue-nous Fingertips,
de Stevie Wonder,
et ça ira mieux !

Timothée, bien nommé


Timothée Chalamet, le jeune acteur du très attendu Call me by your name au milieu d' acteurs chevronnés nommés pour l'Oscar du meilleur d'entre eux.
Encore une raison de s'impatienter. 

Sévices publics

Voulant regarder le "replay" du magazine Envoyé spécial consacré à l'addiction aux écrans (notamment chez les très jeunes enfants) et aux effets de la dopamine, j'ai dû tout d'abord subir une publicité pour... une tablette numérique de la célèbre marque à la pomme.

Je me trouve très beau


Pour être pleinement objectif,
a-t-il vraiment tort ?

mardi 23 janvier 2018

Conflit...

Photo Guglielmo Plüschow
des
générations,
dites-vous ?

Fouloulou lisant


"Spoiler", c'est...

révéler un point crucial ou le dénouement d'un scénario ou d'un roman.
On a pris bêtement l'habitude d'employer cet anglicisme.
Nos cousins du Québec ont trouvé un verbe amusant pour désigner cette mauvaise action : divulgâcher.
J'aime*. 

* Je like.

En cours de lecture




lundi 22 janvier 2018

Nino

Nino, à Casoli (Abruzzes, It.) par Will McBride 1983

Que sera ma vie ?

Sans titre, années 50 - Photo Hans W. Silvester

Maître solitaire

Julius Schmid : Der Einsame Meister



J'avais découvert Paul Lewis en 2007 à La Fenice de Venise dans un récital où Schubert tenait la plus grande part, mais il y avait aussi du Mozart et du Ligeti : les trois compositeurs étaient très habilement liés, se "fondaient" admirablement dans le programme.
Je m'étais amusé de voir de nombreux spectateurs photographier la prestigieuse enceinte récemment reconstruite à l'identique.
La mise en couleurs de la salle entièrement refaite doit beaucoup au visionnage, par les décorateurs, du Senso de Luchino Visconti.
Pour revenir à Beethoven et à Paul Lewis, je trouve admirable cette interprétation de ces pages géniales, douloureuses, mélancoliques, que l’œuvre de Schmid, tout là haut, illustre fort bien selon moi.

Logique