Le blog quotidien - non hétérophobe - de
Silvano Mangana. Maison de confiance depuis 2007.


vendredi 23 novembre 2007

Festival de Cannes

Sean Flynn

Pendant ses années de collège, alors qu'il se découvre "différent", Frédéric Mitterrand tombe éperdument amoureux de ce bel américain qu'il voit fréquemment passer à moto sur le pavé parisien.
Quelque temps plus tard, bénéficiant d'intermédiaires occultes, il peut visiter l'appartement de ce jeune homme mort au Vietnam dans des circonstances obscures : il y passe quelques heures, s'imprégnant de l'âme de l'ancien occupant qui flotte encore dans les lieux laissés intacts.
L'objet de ses émois s'appelle Sean; il est le fils de la star de cinéma Errol Flynn.
C'est sur cette histoire vécue que commence le dernier livre de Frédéric Mitterrand "Le festival de Cannes" dont j'ai entrepris hier la lecture au soleil enfin réapparu dans le ciel de Paris.

J'ai avec Frédéric Mitterrand une complicité qu'il ignore, bien sûr, née de nos ressemblances en bien des domaines : je n'oublierai jamais le générique d' "Etoiles et toiles" se terminant par le dernier plan de celui du "Mépris" de Godard sur la belle musique de Delerue.
J'ai la même admiration pour Sara Montiel (photo) qui me fit tant pleurer, enfant, dans ces nanars mélodramatiques qui faisaient se pâmer ma mère devant l'écran du cinéma en plein air, à Rabat.
Comme lui, je vénère Oum Kalsoum et Fairouz, ces grandes voix où passent toutes les moiteurs de l'Orient.
Dans un domaine plus intime, ses confidences de "La mauvaise vie", son avant-dernier ouvrage, établissent entre lui et moi une sorte de fraternité des beaux hasards de la vie.


Empêtré d'une "image" (l'image, toujours !) de dilettante, de touche-à-tout de talent, l'homme qui se livre aujourd'hui dans ces deux livres impudiques ou pudiques je ne sais, semble apaisé, presque heureux, posant, dans son dernier opus, un regard sévère et indulgent aussi, sur les moeurs des festivaliers, nous soumettant sa critique de quelques films que, comme lui, j'ai aimé ou détesté.
Les mêmes !


Frédéric Mitterrand

1 commentaire:

Daniel a dit…

Frédéric Mitterrand a un style en effet que j'apprècie , si tant est à dire que vous êtes les mêmes , je pense que vous êtes vous et lui un autre et que même si vous vous ressemblez , peut-être je me trompe lui n'a pas l'Italie dans ses yeux mais une autre nostalgie qui vous rapproche ... Je n'ai pas connu mon père hélas , il était Espagnol , je ne nie pas qu'il semble vivant dans mes veines bien entendu mais telment de phobies m'accablent hélas dans mon désert désormais orphelin , je ne peux le nier ...